Chine : Pékin appelle Washington à plus de responsabilité vis-à-vis des pays émergents

Chine : Pékin appelle Washington à plus de responsabilité vis-à-vis des pays émergents

«En tant qu’émetteur de la principale monnaie de réserve mondiale, les Etats-Unis doivent faire preuve de responsabilité vis-à-vis des pays émergents menacés par les capitaux spéculatifs», a déclaré, lundi, le vice-ministre chinois des Finances, Zhu Guangyao. «Les Etats-Unis n’ont pas suffisamment conscience de leur devoir sur le marché des capitaux et n’ont pas suffisamment réfléchi aux attaques que subissent les pays émergents de la part des capitaux trop volatils», a déclaré M. Zhu lors d’un point de presse pour expliquer la position chinoise avant le sommet du G20 à Séoul jeudi et vendredi. La Chine et d’autres pays émergents craignent que la politique de relance américaine, en injectant 600 milliards de dollars dans l’économie, gonfle les afflux de capitaux vers les économies émergentes où les placements sont plus intéressants et les taux d’intérêt plus élevés. «Nous espérons que le G20 à Séoul va être couronné de succès et va promouvoir une croissance forte, équilibrée et durable pour l’économie mondiale», a dit M. Zhu. Il a ajouté que Pékin espérait que «la politique macroéconomique américaine, y compris sa politique de taux de change, contribuerait à la croissance économique des Etats-Unis et du monde». A cause de la nouvelle injection de liquidités décidée le mois dernier par la Réserve fédérale, «l’argent spéculatif va fuir les pays émergents après y avoir réalisé des profits» a expliqué M. Zhu en ajoutant qu’«actuellement, les capitaux volatils à travers le monde s’élèvent à 10.000 milliards de dollars, contre 9.000 milliards au début de la crise financière». Il a par ailleurs qualifié de «réaliste» l’abandon, samedi dernier, par le ministre américain des Finances Timothy Geithner d’un objectif chiffré pour limiter les excédents des comptes courants des pays exportateurs. Un tel objectif avait été rejeté par Berlin, Pékin et New Delhi, notamment. Pour la Chine, la reprise de la croissance est l’objectif prioritaire, pas l’équilibre des échanges, a indiqué le responsable chinois. «Tout le monde considère que les raisons actuelles des déséquilibres sont des raisons structurelles qui ne peuvent être résolues que sur le long terme», a encore dit M. Zhu.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *