Chute du marché de l’occasion

Les constructeurs automobiles se frottent les mains. Il y a de quoi. Le marché de l’occasionnel accuse une chute sans précédent. Selon les dernières statistiques de l’Administration des douanes et impôts indirects (Adii), le nombre des voitures d’occasion dédouanées s’est établi en 2001 à 25584 unités contre 14530 une année auparavant, soit une hausse de 43%. Par ailleurs, le nombre des voitures neuves dédouanées pour la même période a atteint 21228 véhicules en augmentation de 22,5% par rapport à l’année 2000, indique le dernier rapport de l’Administration. Et d’ajouter que toutes les voitures neuves de tourisme ont toutes été presque exclusivement importées et dédouanées par le bureau de Casa-port.
L’établissement précise que Casablanca arrive en tête en matière de dédouanement de voitures d’occasion (22,9%). Elle est suivie de Rabat (16,4%), Nador (12,1%), Tanger (9,9%) et Oujda (9,4%). En 2001, 85,1% des véhicules dédouanés avaient plus de cinq ans d’âge, alors que celles dont l’âge était inférieur à une année n’ont pas dépassé 5,1%.
A la lecture de ce chiffres, il s’avère que la chute du marché occasionnel est une tendance lourde. Ce qui se traduit par des performances au niveau des ventes des véhicules neufs. Rappelons que la modification intervenue en octobre 2000 de la grille d’abattement pour la taxation des voitures importées est l’une des raisons qui expliquent la reprise du marché du neuf. La nouvelle grille a imposé le taux maximum d’abattement à hauteur de 40% pour les véhicules ayant quatre ans d’âge et plus.
Il faut rappeler que l’ancienne grille a fixé ce taux à 50% pour les voitures dont l’âge est supérieur à cinq ans. Si en 2000, le marché du neuf a reculé de 1,3%, en 2001, le secteur a bien repris. Selon les prévisions des professionnels, l’année 2002 se terminera certainement sur une note positive. A fin mars 2002, les ventes des véhicules utilitaires légers ont atteint 1046 unités, indique l’AIVAM (Association des importateurs de véhicules automobiles montés). Pour les voitures montées localement, celles-ci se sont établies à 3674 véhicules.
Concernant les véhicules particuliers (voitures de tourisme et 4/4), le volume des ventes s’élève à 5660 unités. Concernant le même segment, 8429 véhicules montés localement ont été commercialisés.
En attendant, le Salon de l’automobile pour se faire une idée sur la santé du marché de l’automobile, force est de constater que les constructeurs font preuve d’agressivité aussi bien au niveau des prix que du marketing et de la communication. La concurrence promet d’être de plus en plus rude dans l’avenir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *