«Ciments du Maroc» bétonne son développement

«Ciments du Maroc» bétonne son développement

L’extension de capacité sur le site de Safi (200 000 tonnes de ciment par an) figure en bonne place dans le rapport d’activité du groupe Ciments du Maroc au titre de l’année 2005.
Tout comme la décision de porter la capacité de production du site d’Agadir de 1 à 2 millions de tonnes par an, des investissements sont dictés par une demande nationale du ciment en progression.
Ainsi, en 2005, la consommation nationale a progressé de 5% et la consommation par habitant a pu avoisiner les 342 kg. Au titre de l’exercice considéré, les ventes domestiques de ciment ont atteint 2719 KT. Ciments du Maroc détient 27,7% des parts dans ce total.
L’excellente pluviométrie enregistrée durant cette année qui augure d’une bonne récolte agricole pour la campagne 2005-2006, devrait accélérer les ventes du ciment en 2006. Des perspectives qui rejoignent la volonté des pouvoirs publics d’initier une politique durable de renforcement des infrastructures à l’échelle nationale, à l’image de la progression du réseau routier (1500 km. par an) et de celui des autoroutes (100 kilomètres par an). A cela, il faudra ajouter les 40.000 à 50.000 chambres d’hôtels prévues dans le cadre du “Plan Azur“.
Autant de chantiers qui poussent Ciments du Maroc à anticiper sur la demande. «En dépit du surenchérissement des cours du coke de pétrole utilisé comme combustible, nous nous employons à préserver nos marges opérationnelles par différentes actions d’optimisation et de compression des coûts », déclare Mohamed Chaïbi, président du groupe.
Dans les décisions stratégiques prises en 2005, l’entrée dans le capital du premier cimentier égyptien pour une mise de 1,2 milliard de dirhams illustre sans doute la volonté de Ciments du Maroc d’exporter son savoir-faire, en utilisant, comme le rappelle son président, une partie de ses excédents de trésorerie.   Le groupe marocain contrôle  désormais 13,44% du capital de Suez Cement Company (SCC) ; premier cimentier égyptien doté d’une capacité de production de 8 millions de tonnes de clinker répartie sur trois sites. SCC couvre 22% du marché égyptien.
Suite à l’OPA lancée par SCC sur ASEC, cinquième cimentier égyptien et à l’augmentation de capital réservée de SCC, la participation de Ciments du Maroc sur le nouvel ensemble égyptien est passée à 9,4% pour un dispositif de 12 millions de tonnes de clinker et de 30% des parts de marché.
Sur le plan national, Ciments du Maroc a signé une convention d’investissement avec le gouvernement marocain d’un montant de 1,6 milliard de dirhams comprenant l’augmentation de capacité des usines d’Agadir et des investissements d’amélioration des performances des usines, ainsi que des extensions du périmètre du BPE et du granulat.
Autres faits marquants de l’année 2005, le regroupement à Casablanca, dans un nouveau siège, des directions centrales de Ciments du Maroc ainsi que les services fonctionnels de Betomar et Axim Maroc. Sur le plan environnemental, le groupe présidé par M. Chaibi, qui a réussi le maintien du certificat ISO 14 0001 version 2004 et du certificat ISO 9001 version 2000, a finalisé plusieurs programmes : remplacement de l’électrofiltre de dépoussiérage du four par un filtre à manches à l’usine de Safi, mise à niveau et rénovation des circuits de filtration de tous les sites, installation d’équipements de dessalement de l’eau de mer à Agadir et, entre autres, réalisation des études d’impact et de réaménagement des carrières.

55 ans d’histoire
C’est en 1951 qu’a été créée la Société des Ciments d’Agadir (SCA), ancêtre de Ciments du Maroc, et filiale à 100% de la Société des ciments français. La cimenterie dispose d’une capacité de 60 000 tonnes par an. Cotée à la Bourse de Casablanca en 1969,  la SCA ouvre son capital aux actionnaires marocains. La part de Ciments français passe à 37%. La société poursuit son développement en ajoutant, dès 1989, deux filiales à son activité : Betomar pour le béton prêt à l’emploi et Sagram pour le granulat. Ciments français redevient l’actionnaire majoritaire en 1990 avant d’être contrôlée par Italcementi.  Ciments du Maroc est formé de la fusion des Ciments d’Agadir et de Cimasfi (Safi).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *