CIOR : Des résultats conformes aux prévisions

Dans son dernier rapport annuel pour l’exercice 2000, la CIOR (Ciments de l’Oriental) indique que les réalisations ont été conformes aux prévisions tant au niveau des performances techniques que de des résultats financiers. Profitant de la reprise du secteur BTP au cours du premier semestre 2001, le chiffre d’affaires consolidé du groupe s’est accru de 8 %. Passant ainsi de 564 à 607 millions de DH. Cette évolution s’explique selon l’entreprise par la croissance des volumes de ventes pour le segment-ciment (+7 %) et celui du béton (+ 35 %). Pour 2001, les Ciments de l’Oriental table sur une croissance de sa productivité proche de 7 %. Tirée en cela par la reprise des investissements touristiques et la relance des programmes de logements collectifs. La cimenterie a réalisé pour tout le segment ciment 1 640 000 tonnes pour une part de marché de 22 %, en sensible avance sur les performances du marché. Selon le même rapport, l’évolution régionale des ventes fait apparaître une tendance positive. Ainsi l’activité qui aura été soutenue par la mise en oeuvre d’une stratégie de développement a permis de tirer vers le haut l’ensemble des fondamentaux de cette cimenterie. Le chiffre d’affaires hors TVA a progressé de 4 % pour s’élever à 1058 millions de DH, contre 1019 millions de DH une année auparavant. La marge de valeur ajoutée s’est établie à 32,6% contre 34,4 % en 1999. Quant à l’excédent brut d’exploitation, il s’est inscrit en hausse de 7 millions de DH pour atteindre près de 212 millions de DH à fin 2000. Il est par ailleurs indiqué que le résultat financier s’est élevé à 16 millions de DH, progressant ainsi de 5 millions de par rapport à l’année 1999. Le rapport souligne que cette évolution est en partie imputable à la diminution des charges financières suite au remboursement intégral des dettes financières. Par ailleurs, il faut préciser que CIOR n’a reçu aucun dividende de ces filiales durant l’exercice 2000. Par contre, le résultat net a connu une hausse de 68 % pour s’établir à 155 millions de DH contre 92 millions de DH à fin juin 2000. Toutefois, la cimenterie prévoit la réalisation d’importants projets d’investissements. Ainsi, on trouve le projet de canalisation d’un investissement de près de 45 millions de DH destiné à remplacer des filtres de l’usine d’Oujda. Aussi elle prévoit la réalisation progressive d’une nouvelle cimenterie dans la région de Settat. En définitive, la stratégie qu’a mise en alternance cette cimenterie devrait, sans doute, assurer à ses actionnaires un niveau de rémunération satisfaisant. CIOR disposant en cela de piliers forts qui lui confèrent des moyens de réaliser ses projets de développement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *