Climat des affaires : Le Maroc deuxième en Afrique

Climat des affaires :  Le Maroc deuxième en Afrique

Le magazine américain Forbes sort son classement

Le Maroc améliore son positionnement dans le classement des meilleurs destinations d’affaires. Le Royaume a gagné 11 places par rapport à l’année dernière. C’est ce qu’on peut relever du classement Forbes 2016, intitulé «Best countries for business». Sur 137 pays ciblés,  le Maroc arrive ainsi à la  51ème au lieu de la 62ème place en 2015. En 2016, le Royaume reste devant la Tunisie (87ème place) et l’Algérie (131ème place). Au niveau africain, le Maroc occupe la deuxième place juste derrière l’Afrique du Sud (48ème au niveau mondial).

A travers ce classement, Forbes dresse un profil pour chaque pays en prenant en compte les chiffres clés tels que la balance commerciale, le PIB par habitant et le nombre de la population. Le magazine américain explique la position du Maroc par la capitalisation de ce dernier sur «sa proximité avec l’Europe et le coût relativement faible du travail pour construire une économie diversifiée, ouverte et tournée vers l’économie de marché». Forbes a mis en avant les secteurs clés de l’économie nationale dont l’agriculture, le tourisme, l’aéronautique, l’automobile, le phosphate, le textile, et l’habillement. Le magazine attribue l’accroissement des investissements du Maroc à ses ports, au transport et aux infrastructures dédiées aux industries. Ce bond en termes d’investissements a propulsé le Maroc comme un acteur incontournable du business en Afrique. «Dans cette perspective, les stratégies du développement industriel et l’amélioration des infrastructures renforcent le niveau de compétitivité du pays», précise Forbes. Le magazine fait notamment référence au port de Tanger et à sa zone franche. Le magazine a également mis en avant la vision marocaine orientée vers une économie stable et ce depuis l’accession au Trône de Sa Majesté Mohammed VI. Pour booster l’export, le Maroc a opté, selon Forbes, pour les accords de libre-échange (ALE), il cite dans ce cadre l’ALE avec les Etats-Unis, établi depuis 2006. Le Maroc a également pu acquérir un statut avancé avec les pays de l’Union européenne.

La décompensation mise en application à partir de 2014 a, elle aussi, été également soulignée par le magazine économique. Celle-ci a permis, selon Forbes d’alléger le budget. S’agissant des politiques phares du pays, la stratégie du Maroc portant sur l’augmentation de sa capacité énergétique à plus de 50% à l’horizon 2030 a été un des points abordés par le magazine.

Toutefois certains points restent à améliorer selon Forbes pour ne pas freiner l’essor économique du Maroc. Il s’agit essentiellement de l’atténuation du taux de chômage, l’analphabétisme et la pauvreté. Pour ce qui est des chantiers engagés, la réforme de l’éducation et de la justice demeure parmi des challenges que le Maroc devra relever dans les prochaines années.

Leila Ouchagour

Journaliste stagiaire

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *