Climat : Le Maroc montre la voie

Climat : Le Maroc montre la voie

Le Royaume se présente comme un véritable modèle en matière d’engagement pour le changement climatique

Le 1er Sommet Africain de l’Action, organisé à Marrakech, a enclenché une dynamique sans précédent, par l’opérationnalisation de deux Commissions «Climat» africaines du Bassin du Congo et de la Région du Sahel.

Depuis les années 90 du siècle dernier, l’engagement du Maroc en faveur de la lutte contre les changements climatiques ne s’est jamais démenti. Le Royaume a de nouveau réitéré en septembre dernier cet engagement à l’occasion du Sommet Action Climat, organisé au siège de l’ONU (Organisation des Nations Unies) à New York. L’événement a été marqué par un message royal dont lecture a été donnée par SAR la Princesse Lalla Hasnaa, présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement. Un message où il est notamment question de l’expérience marocaine en matière de lutte contre les changements climatiques. «Assurément, la dégradation de notre environnement est un fait avéré. Elle constitue ainsi une menace que nous nous devons d’affronter conjointement. Pour sa part, le Royaume du Maroc, pays faiblement émetteur de gaz à effet de serre, s’est engagé, au titre de sa contribution nationale déterminée (NDC), à réduire ses émissions de gaz à effet de serre en 2030 de 42%. Mieux encore, il a d’ores et déjà lancé un processus inclusif et exhaustif pour pouvoir dépasser ce seuil», a affirmé Sa Majesté le Roi ajoutant que le Royaume avait «en novembre dernier, décidé de revoir à la hausse ses ambitions en matière d’énergies renouvelables, de manière à atteindre, à l’horizon 2030, 52% de la production nationale d’énergie électrique».

L’engagement du Maroc en faveur de l’Afrique est également connu de tous. «L’Afrique, qui endure injustement l’impact du changement climatique, doit être une priorité de notre action collective. Ainsi, le 1er Sommet Africain de l’Action, organisé à Marrakech, a enclenché une dynamique sans précédent, par l’opérationnalisation de deux Commissions «Climat» africaines du Bassin du Congo et de la Région du Sahel.

Outre la «Coalition pour un accès à l’énergie durable», formée conjointement avec l’Éthiopie au profit des pays les moins avancés, notamment en Afrique, le Maroc a lancé, avec ses pays frères du Continent, l’initiative pour l’Adaptation de l’Agriculture Africaine (triple A)», avait relevé le Souverain affirmant que «la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement a créé, avec ses partenaires, the «African Youth Climate Hub», qui vise à mettre en valeur le leadership, l’innovation et à souligner le rôle positif de la jeunesse africaine en ce domaine. A cet égard, le premier Sommet pour la jeunesse Climat incite à l’optimisme. Par conséquent nous devons y répondre favorablement par un soutien appuyé et effectif.

Établir une solidarité internationale effective ; trouver des financements pérennes ; opérer un transfert qualitatif de technologie et de savoir-faire, tels sont les impératifs qui doivent nous guider pour que nous soyons à la hauteur de cette noble ambition climatique. C’est là le sens de Notre engagement, pour le Maroc, pour l’Afrique et pour notre planète». A noter enfin que la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement a été créée en juin 2001, à l’initiative de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. La présidence en a été confiée dès le départ à SAR la Princesse Lalla Hasnaa.

La mission fondamentale de la Fondation est la sensibilisation et l’éducation au développement durable. Dans cette mission, la Fondation s’adresse à tous les publics, depuis les écoliers jusqu’aux décideurs politiques et économiques, en passant par le grand public.

La Fondation développe une prise de conscience des enjeux environnementaux, du droit à un environnement sain et au développement durable, tel qu’il est consacré par la Constitution du Royaume du Maroc. Par l’éducation et la sensibilisation, la Fondation prépare les générations futures à prendre en main la préservation de leur cadre de vie, et à s’engager définitivement dans la voie du développement durable. Dans le déploiement de son programme d’action, la Fondation se réfère aux engagements pris par le Maroc lors des sommets de Rio en 1992 et 2012, et de Johannesburg en 2002, et que le Royaume a déclinés dans sa charte de l’environnement et du développement durable, la loi-cadre et les stratégies nationales qui en ont découlé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *