CMA CGM postule pour la Comanav

CMA CGM postule pour la Comanav

Prétendant sérieux à la reprise de la Comanav, le français CMA CGM n’aura pas attendu le lancement de l’appel d’offres international pour montrer ses muscles. Le temps d’une rencontre avec la presse, lundi 18 décembre 2006, Phillipes Borel, vice-président Afrique du Nord du groupe, et Roger Bottav, responsable culture entreprise, ont présenté les atouts de CMA CGM. Le troisième armement mondial, avec 350 ports desservis, et plus de 5 millions de conteneurs 20 pieds transportés annuellement, fait désormais de la reprise de la Comanav une priorité. Ce serait, explique Esteve Servajean, chef de service lignes Nord Afrique, une sorte d’aboutissement pour le groupe marseillais, présent au Maroc depuis une vingtaine d’années. Cette présence s’est renforcée  en 2002 quand CMA CGM s’est implantée sur le territoire marocain, en partenariat avec le groupe  Navimar à Tanger, Casablanca et Agadir. L’acquisition, en date du 31 août 2005, de Dextra Maghreb et Dextramar a donné au groupe le moyen de renforcer sa présence dans les conteneurs réfrigérés.
Toutefois, le tournant décisif fut l’adjudication du Terminal 2 du Port de Tanger Med au consortium formé entre CMA CGM, Eurogate et Comanav. C’était en septembre 2005. Dans  ce terminal d’une capacité de 1. 300.000 TEU, la CMA CGM détient 20% des parts, la Comanav 20% et Eurogate 40%. Le terminal qui est actuellement en cours de construction sera mis en service partiel à compter de mai 2008.
En attendant, CMA  CGM poursuit sa stratégie de positionnement. Celle-ci passe en grande partie par la croissance externe. Ainsi, en janvier 2006, à la suite de l’acquisition de la société Delmas, le groupe a repris 50% de la société Comarine, agence maritime représentant Delmas et Sudcargos ainsi que d’autres armateurs.  Rappelons que pour sa part, Comarine détient 50% de la société UDEMAC, manutentionnaire à Casablanca, en partenariat avec la société Manuco du groupe Comanav.
L’un des faits marquants de CMA CGM cette année aura été l’investissement dans l’achat d’un dépôt et d’un immeuble à Casablanca, ce qui, avancent les responsables du groupe, «permet d’offrir aux clients une prestation logistique de qualité ».
Cet intérêt pour le Maroc s’explique par les chiffres. Le Royaume représente le deuxième marché maghrébin de CMA CGM. Le groupe emploie aujourd’hui 307 personnes au Maroc dans ses différents bureaux de Tanger, Casablanca et Agadir et dispose en outre de navires sous pavillon marocain. En tout, l’armateur compte sept sociétés dont il est directement actionnaire majoritaire. A noter que cinq lignes hebdomadaires de CMA CGM Maroc touchent les ports d’Agadir, de Casablanca et de Tanger en provenance et en partance pour le port de Transhipment de Malte, les ports de l’Europe du Nord. Le volume des marchandises transportées par CMA CGM Maroc représente 62.000 TEU, soit 13% du trafic national, ce qui place le groupe en troisième position au Maroc. 

Offre pour les agrumes

Comme tous les armateurs présents au Maroc, CMA CGM s’intéresse au fret généré par les exportations marocaines d’agrumes. Il s’agit annuellement de 525.000 tonnes qui prennent la direction de l’Europe, de la Russie et du Canada. Pour répondre à cette demande, le groupe français a affrété deux navires représentant une capacité semaine de 145 prises rafer entre Agadir et l’Europe du Nord. Ces nouvelles capacités permettent au groupe de développer une offre de transport de 300 TEU semaine en rafer, soit plus de 4.000 tonnes d’agrumes par semaine à destination de l’Europe et du Canada. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *