CNCA : Du conflit au partenariat

La crise qui a longtemps sévi entre la direction du Crédit Agricole et son personnel est en passe d’être réglée. Un accord a été conclu, le 14 janvier dernier, entre la direction générale de la banque et les représentants du personnel des échelles 1 à 15. la réunion s’est déroulée au siège de la banque à Rabat.
Qualifiée d’étape importante, cette rencontre est la première du genre à réunir les deux partenaires sociaux qui sont la direction et les représentants du personnel. Baptisée “Convention collective”, l’accord signé entre les deux parties intervient en lieu et place du statut actuel du personnel qui, juge-t-on, ne répond plus aux exigences de la profession en termes de classification professionnelle et de promotion. Ayant comme délai d’exécution le mois de juillet prochain, cette convention stipule une augmentation générale de salaires avant cette date, la concrétisation d’une retraite complémentaire, la mise en place d’une couverture médicale durant cette année et la création du fonds des oeuvres sociales à gestion paritaire.
Toujours dans le cadre de cette convention, il sera procédé à un réexamen des doléances du personnel et une révision à la baisse du taux d’intérêt des facilités bancaires accordées au même personnel. Une commission paritaire sera créée cette semaine. Elle aura pour charge d’étudier la situation de surendettement des employés de la banque et de proposer des solutions appropriées. À cela s’ajoute un point important : les départs volontaires, ayant définitivement pris fin, relèvent désormais du passé.
Lors de cette rencontre, les membres élus de la commission de suivi du dialogue avec la direction ont pris acte d’autres décisions. Il s’agit de l’intégration de 31 appartements, situés à Mdiq, comme propriété du Crédit Agricole mise à la disposition du personnel.
Ceci, ainsi que des logements d’habitation regroupant 24 appartements à Meknès. Le quota de financement de cette opération pourrait atteindre 100% du prix de cession. La distribution des enveloppes du crédit logement de 2002 et 2003 et le déblocage de la situation de l’avancement exceptionnel au titre des années 2001 et 2002 seraient imminents. « Au vu de l’ensemble de ces éléments, il apparaît clair que le personnel du Crédit Agricole est appelé, quant à lui, à saisir cette occasion pour renforcer encore sa mobilisation pour faire avancer le projet de la réforme sociale de la banque », peut-on lire dans un communiqué des représentants du personnel parvenu à la rédaction d’ALM. Un personnel qui sera appelé à statuer sur ces décisions et participer massivement au recouvrement des créances en souffrance de la banque. Tout est bien qui finit bien donc. Passé l’étape de la restructuration sociale et interne de la banque, le temps est à la restructuration et la mise à niveau de la banque.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *