CNSS : Une histoire d’AMO qui commence

Fraîchement adoptée au Maroc, l’Assurance Ma-ladie Obligatoire (AMO) vient de faire l’objet, vendredi dernier à Casablanca, d’une conférence, organisée à l’initiative de l’Association des gestionnaires et formateurs du personnel (AGEF) et de la Caisse nationale de sécurité sociale. Sous le thème : «La réforme de la CNSS et l’introduction de l’Assurance-Maladie Obligatoire», cette rencontre se veut une démarche communicative entrant dans le cadre de la charte de mise en oeuvre du Code de couverture médicale de base.
Cette conférence a été suivie par une assistance nombreuse. Son animateur, qui n’était autre que Mounir Chraïbi, directeur général de la CNSS, qui a notamment mis l’accent sur le nouveau panier des hospitalisations et soins médicaux des salariés du secteur privé. Des prestations que l’établissement dirigé par M. Chraïbi, va couvrir à hauteur de 70 %, voire 90 %.
Avant de passer en revue toutes les réformes accomplies par la CNSS dans le cadre de l’introduction de l’AMO, M. Chraïbi a d’abord souligné l’aspect solidaire de l’introduction du taux de cotisation supplémentaire sans droit, dit «de solidarité», pour compenser la «désolidarisation» de ceux qui ont une couverture médicale facultative, afin de couvrir l’ensemble des salariés, y compris ceux ayant des revenus inférieurs au SMIG. Et d’expliquer aussi que le gouvernement a proposé le réajustement du taux de cotisation relatif aux allocations familiales, dont la masse salariale déplafonnée baisserait de 7,5 % à 6,5 %, et ce dans le but d’éviter une éventuelle charge supplémentaire. Par ailleurs, M. Chraïbi a également profité de cette rencontre pour rappeler toute une série de mesures visant la restructuration des compartiments fonctionnels et communicatifs de la CNSS. Ainsi, outre l’optimisation des systèmes de déclaration des salaires, d’inspection, de recouvrement et de contrôle des droits, ladite Caisse a pu également renforcer ses mécanismes à travers le développement d’un réseau d’agences, le rétablissement de l’équilibre financier des branches de la protection sociale, la liquidation des dossiers de remboursement des MRE, ainsi que la mise en place d’un observatoire social. C’est là tout un travail visant à mieux préparer l’entrée en vigueur de l’AMO, comme c’est le cas également du nouveau système d’information dédié à la gestion des prestations des soins de santé et permettant une meilleurs gestion d’un plus gros nombre de dossiers médicaux d’assurés.
Enfin, concernant la gestion déléguée des polycliniques, M. Chraïbi a indiqué qu’une société a été désignée pour assister la CNSS dans la sélection d’un délégataire. La mission de ladite société consistera, notamment, en la reconnaissance du marché de la délégation de gestion des centres de soins, en plus du cadrage stratégique permettant la compréhension des enjeux fixés par la CNSS. En d’autres termes, elle se chargera d’établir un cahier des charges, sélectionner les candidats, analyser et évaluer les offres et rédiger le contrat de délégation de gestion… le tout, pour le compte de la CNSS.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *