CNT : Une assemblée générale décisive pour sauver les meubles

CNT : Une assemblée générale décisive pour sauver les meubles

L’identité du nouveau président sera révélée le 19 juin

La candidature à la présidence de la Confédération nationale du tourisme (CNT) est officiellement lancée. Les membres intéressés ont jusqu’au 12 juin pour présenter leur dossier de candidature. L’identité du futur binôme qui conduira la confédération sera dévoilée lors de l’assemblée générale élective du 19 juin. C’est ce qui a été décidé lors du conseil d’administration de la CNT tenu mercredi 30 mai. Ces élections interviennent dans un contexte plutôt tendu marqué par une discorde entre 5 fédérations et l’exécutif de la CNT. Et pourtant, ces tensions n’ont pas empêché les autres membres de demander au président actuel de se présenter aux élections. Abdellatif Kabbaj se porte candidat pour le prochain mandat et ce aux côtés de Hamid Bentaher en tant que vice-président. «Personnellement je ne voulais même pas me présenter, mais ce sont mes pairs qui m’ont fait confiance et ont insisté pour que je dépose ma candidature. Je vais me sacrifier pendant une période pour mener à bon port cette mission et ce dans un cadre total de discipline et de réglementation», souligne Abdellatif Kabbaj lors d’une conférence de presse tenue le lendemain du conseil d’administration de la CNT. Une fois reconduit, M. Kabbaj procédera à une nouvelle reconfiguration de la CNT.

Une confédération ayant pour principaux piliers régions et métiers, deux segments indissociables et indispensables à la pérennité de la CNT et au rayonnement du secteur. «Lorsqu’on a marché sur un pied en concentrant notre action autour des métiers nous avons boité, l’heure étant aujourd’hui de fédérer les régions autour d’un cercle vertueux et non pas un cercle vicieux. En ce qui concerne les fédérations métiers, nous allons attendre que la poussée de fièvre se calme pour que les choses se mettent en place et que l’ensemble des fédérations revienne à la maison mère», observe Faouzi Zemrani, vice-président sortant.

D’ailleurs, l’implication des régions est l’un des éléments intégrés dans le cadre du contrat-programme signé avec l’Etat et qui prévoit un accompagnement de la CNT à travers un financement créateur de valeur.

A cet effet, 12 fédérations régionales du tourisme verront le jour les douze prochains mois. En ce qui concerne le volet métier, la nouvelle CNT révisera son organigramme pour abriter, quatre fédérations métiers en l’occurrence celles des hôteliers, des agents de voyages, des restaurateurs et guides touristiques. Sur le plan opérationnel, Abdellatif Kabbaj compte, une fois réélu, mener un travail de fond pour promouvoir le secteur. La confédération se penchera sur des dossiers prioritaires pour challenger le binôme ministériel, en l’occurrence le développement de l’aérien, le renforcement de la capacité hôtelière dans des zones jusque-là non desservies et la création d’un fonds pour le réaménagement des structures existantes.

Bras de fer entre la CNT et le collectif des cinq fédérations :  Le binôme Kabbaj-Zemrani s’explique

La rencontre organisée par l’exécutif de la CNT était également une occasion pour répondre aux allégations du collectif des 5 fédérations suspendues de la Confédération. Le binôme Kabbaj-Zemrani a tenu à clarifier sa position. «Nous sommes dans une année électorale au niveau de la CNT, ce qui explique des gesticulations qui poussent certains membres à annoncer des faits dont ils sont les principaux instigateurs et responsables.

L’objectif non avoué est la disruption de la CNT», indiquent conjointement Abdellatif Kabbaj et Faouzi Zemrani. Le binôme sortant reconnaît en effet la défaillance de la confédération mais attribue ce dysfonctionnement à la non implication des 5 fédérations, à savoir l’ANIT, la FNR, la FNTT, la FNAVM et la FLASCAM. Le binôme Kabbaj-Zemrani a décortiqué cas par cas la situation du collectif au sein de la CNT. S’agissant de la Fédération nationale des restaurateurs (FNR) qui doit à ce jour 850.000 dirhams à la CNT, l’exécutif de la CNT indique n’avoir jamais eu une quelconque information sur la vie associative de cette fédération. En ce qui concerne la fédération des agents de voyages, il ressort que son président Amal Karioune a confirmé de son propre aveu à la CNT qu’il ne peut payer ses cotisations car aucune de ses associations ne veut s’acquitter des siennes, sachant que plusieurs Associations d’agence de voyages ont émis le vœu d’adhérer directement à la CNT. Du côté des transporteurs touristiques, les représentants de la CNT soulignent que la FNTT est en défaut de paiement depuis 2013, soit des arriérés de l’ordre de 300.000 dirhams.

De ce fait elle n’a participé à aucune assemblée générale ou conseil d’administration en étant en règle vis-à-vis des statuts. L’ANIT, quant à elle, est en défaut de paiement depuis 2017 pour la somme de 50.000 dirhams. A ce propos, le binôme Kabbaj-Zemrani affirme que l’Association nationale des investisseurs touristiques est «à l’origine de l’idée de réintégrer la CGEM en tant que fédération interne afin de prendre le contrôle du secteur touristique et de marginaliser les fédérations métiers». «Le rapprochement avec les autres fédérations est un arrangement de circonstance, contre nature et limité dans le temps», apprend-on des représentants de la CNT. De son côté, la CNT aspire à un retour en force pour y occuper une place  à l’image de la confédération et du secteur qui est le premier contributeur à la balance des paiements et le deuxième créateur d’emplois. Les attentes des membres de la CNT ont été partagées avec les candidats à la présidence de la CGEM dans l’attente d’une nouvelle rencontre avec le nouveau patron pour discuter des urgences des professionnels du tourisme et de leurs aspirations.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *