Comanav : Le bon cap

Comanav : Le bon cap

C’est un nouveau départ qu’a annoncé Toufiq Ibrahimi, mardi dernier. Après un plan de restructuration aux relents de restructuration, la Comanav part à la conquête d’une marque. Une suite logique à ce programme de consolidation et de redéploiement engagé depuis 2001 et arrivée à bon port en 2003, année du recadrage stratégique.
L’année 2004 sera donc celle d’une nouvelle identité visuelle, un nouveau logo, qui figurera dans tous les bateaux de la compagnie, les cartes et les services offerts. «Le savoir-faire est déjà là, la réputation est là, la stabilité aussi, il faut en tirer profit», déclare Toufiq Ibrahimi pour qui, la Comanav, forte de ses 56 ans d’expérience, de «parcours au long cours » dans le transport des marchandises, le transport des passagers et la gestion portuaire doit renouer avec son ambition historique : être un acteur majeur du développement économique et touristique du Royaume.
Aussi, cette nouvelle identité visuelle destinée, selon Phillipe Rasquinet, l’un des concepteurs actifs associé à ce programme, à mieux exprimer le leadership de la Comanav, à tirer les dividendes d’une longue tradition d’excellence, présenter une identité cohérente pour la Compagnie en fédérant les ressources humaines autour des valeurs et en clarifiant l’offre envers les passagers, le cargo et les services». Bref, il s’agit d’installer d’abord le choix de l’enseigne sur la base de rationnels forts. La nouvelle identité visuelle qui intervient, il faut le rappeler, à la veille de la saison estivale sera étayée par une campagne institutionnelle forte qui marque le retour de la compagnie sur la scène médiatique. Porte drapeau historique du Maroc en mer, Comanav entend mobiliser dans cette mue toute ses valeurs autour des valeurs d’expertise, d’exigence et d’ouverture pour atteindre ses objectifs. A travers le slogan, «la mer votre plus belle route», la compagnie compte valoriser la solution du transport maritime par rapport à ses concurrents.
Difficile, dans ce repositionnement, de ne pas évoquer le projet de Tanger Med. C’est le grand tournat du transport maritime au Maroc. Engagé dans cette compétition qui donnera ses résultats courant juillet, la Comanav développe un nouveau métier lié à ce projet : la gestion portuaire au niveau national et international.
Autre actualité qui s’est invitée lors de cette conférence de presse et à laquelle Toufiq Ibrahimi ne s’est pas dérobée, la privatisation. L’ouverture du capital, a-t-il déclaré, en réponse aux questions des journalistes, est programmée en 2005. L’opération devra donner à la compagnie tous les moyens de réaliser ses ambitions. Actuellement, l’Etat est détenteur d’environ 51% des parts de la Comanav, l’OCP 10%, le reste étant partagé à part égale entre la CDG et la BMCE.
Les pronostiques pour le scénario de privatisation sont donc nombreux. Aucune piste n’est privilègiée bien que l’option de la cession d’une partie des parts de l’Etat en Bourse et de l’autre aux institutionnels déjà présents dans le capital soit de plus en plus évoquée dans les milieux financiers.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *