Comment convaincre votre banquier

Quelle méthode emprunter pour convaincre votre banquier de vous accorder un financement ? Vous ne pouvez le faire, si vous ne maîtrisez pas les principes de la culture financière (fonds de roulement, mode de fonctionnement d’un organisme bancaire…). Avant d’arriver à la phase décisive de demander à votre banquier un emprunt, il y a lieu dans un premier temps d’élaborer votre requête dans un document structuré.
Ce dossier doit comprendre des éléments chiffrés, des informations détaillées de votre entreprise et son environnement extérieur. C’est à partir de ce document que le financier peut juger le niveau d’organisation de votre structure. Voici quelques règles à suivre.
La première consiste à anticiper l’impact éventuel d’un crédit sur votre trésorerie. Imaginons que vous dites à votre banquier que vous êtes dans l’impossibilité de payer vos fournisseurs dans les quelques jours à venir, le résultat est connu d’avance. La relation de confiance que vous avez pu nouer depuis des années avec votre financier est condamnée. D’où la nécessité de la transparence dans l’information. Rares en effet, sont les chefs d’entreprises qui communiquent régulièrement avec leurs banques sur leurs problèmes d’ordre financier ou autre. C’est une erreur qui vous coûtera cher. Si le banquier est informé de manière régulière, il pourra trouver des solutions pour vous aider à sortir d’une phase difficile.
Les entrepreneurs sont censés aussi faire le bilan de leur situation bancaire chaque année. Cela leur permettra de les renégocier. L’exercice de renégociation ne consiste pas uniquement à négocier les taux. Il faut penser également aux frais de commission des banques sur les opérations. Il s’avère que ces frais coûtent beaucoup plus cher que les taux. Ne vous laissez surtout pas intimider par votre financier qui cherchera certainement à vous imposer des conditions classiques. Votre unique recours est de mettre en avant les avantages octroyés par les concurrents en suggérant la possibilité d’un cofinancement. Chose qui fait grincer les dents à plusieurs financiers.
Dans vos rapports avec votre banque, les relations humaines sont d’une extrême importance. Du moins en matière de négociation. Inviter votre interlocuteur banquier au sein de votre entreprise s’avère une initiative louable.
Ce dernier constatera sur place le niveau de développement de votre structure. Il aura aussi l’occasion de rencontrer vos collaborateurs, de faire le point sur les investissements engagés en matière d’équipements. C’est surtout une aubaine pour lui expliquer en quoi consiste votre activité. Encore une fois, votre personnalité et votre engagement vous seront d’un grand secours dans vos relations bancaires.
Dernier conseil. N’attendez pas que votre banquier vous pose la question sur les garanties personnelles. C’est à vous d’aborder le sujet. Mais pas n’importe comment. Le mieux serait en début de négociation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *