Compact II du Millennium Challenge, un an déjà…

Compact II du Millennium Challenge, un an déjà…

Les projets engagés dans le cadre des deux composantes du programme connaissent une cadence soutenue

Le Compact II est articulé autour de deux composantes principales en l’occurrence «l’éducation et la formation pour l’employabilité» ainsi que la «productivité du foncier».

Le Compact II du Millennium Challenge boucle sa première année d’exécution. L’heure est au bilan des différents programmes et projets entamés dans le cadre de cette coopération réitérée par le Maroc et l’organisme américain Millennium Challenge Corporation. L’évaluation a été à l’ordre du conseil d’orientation stratégique de l’Agence Millennium Challenge Account-Morocco, instance en charge du pilotage de ce programme quinquennal. Présidée par le chef de gouvernement Saad Eddine El Othmani, cette réunion a été non seulement consacrée à l’examen des projets lancés mais également à l’identification des prochaines étapes de la réalisation de ce compact dont l’exécution s’articule autour de trois déterminants. Citons dans ce sens l’approche anticipative, la méthode participative et la bonne gouvernance.

Le Compact II est articulé autour de deux composantes principales en l’occurrence «l’éducation et la formation pour l’employabilité» ainsi que la «productivité du foncier». Tous les projets contiennent trois activités. Le premier volet comprend ainsi l’éducation secondaire, la formation professionnelle et l’emploi. Le deuxième se base, quant à lui, sur le foncier industriel, le foncier rural et la gouvernance du foncier. La première année a été marquée par une cadence soutenue de la réalisation des projets inscrits dans les deux composantes susmentionnées. S’agissant du volet «éducation et formation pour l’employabilité», un fonds subventionné par le Maroc et le Millennium Challenge Corporation a été mis en place afin d’appuyer les projets de formation professionnelle. Baptisé «Charaka», il s’agit en effet d’un mécanisme exemplaire pour instaurer un cadre de partenariat effectif dans le domaine de la formation professionnelle entre le public et le privé. La finalité étant de rassembler les conditions de réussite de cette formation tout en répondant aux besoins du marché du travail. De même, l’élaboration des projets des établissements intégrés dans la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima connaît une progression significative, fruit d’une collaboration étroite avec le ministère de l’éducation nationale aussi bien sur le plan central que régional. Le projet des établissements intégrés sera consolidé par les contributions de la société civile, subventionnées par le Fonds Charaka.

Notons que ce modèle, comprenant à la fois la réhabilitation de l’infrastructure et le renforcement de la composante pédagogique pour les élèves, sera dupliqué dans d’autres régions du Maroc, notamment Fès-Meknès et Marrakech-Safi. Le but étant d’atteindre 90 établissements bénéficiaires. En ce qui concerne la productivité du foncier au niveau rural, il a été procédé à la finalisation des préparatifs de lancement des procédures d’appropriation du périmètre irrigué du Gharb visant à atteindre les 46.000 hectares. L’étude de la possibilité d’élargir ces procédures pour qu’elles comprennent les terres collectives situées dans le périmètre irrigué du Haouz a également été achevée. S’agissant du foncier industriel, les mois à venir connaîtront le lancement du Fonds des zones industrielles durables (Fonzid) couronnant ainsi le partenariat entre l’Agence Millennium Challenge Account-Morocco et le ministère de l’industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique.

Ce mécanisme a pour objectif d’améliorer les conditions des zones industrielles au niveau national, avec la participation effective du secteur privé et des associations des zones industrielles. Pour le prochain cap pour l’exécution du Compact II, l’Agence Millennium Challenge Account-Morocco est amenée à renforcer son engagement en vue d’atteindre les objectifs fixés dans les délais impartis. Rappelons que le Compact II, d’une durée de cinq années, porte sur une contribution américaine de 450 millions de dollars à laquelle s’ajoute une contribution de l’ordre de 82 millions de dollars du gouvernement marocain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *