Comptes nationaux: 1,7% de croissance au premier trimestre 2016

Comptes nationaux: 1,7% de croissance au premier  trimestre 2016

Au terme du premier trimestre de l’année 2016, les résultats des comptes nationaux font ressortir une décélération du rythme de croissance de l’économie nationale.

Celle-ci étant passée de 4,7% enregistrés à la même période de l’année passée, à seulement 1,7%. Un repli qui s’explique essentiellement par une baisse de l’activité agricole. C’est en tout cas ce que précise le Haut- Commissariat au Plan (HCP) dans sa note d’information sur la situation économique au premier trimestre 2016. Détails.
Durant le premier trimestre 2016, le PIB en volume s’est accru de 1,7% au lieu de 4,7% une année auparavant.  indique la note d’information du HCP qui repasse en détail les performances des différents secteurs et leurs conséquences sur la croissance économique nationale. Il en ressort ainsi que si une année de cela, les performances record du secteur agricole, notamment la filière céréalière, ont porté la croissance à  4,7%, ce premier trimestre de 2016 voit la donne changer. Tel qu’expliqué par le HCP, ce recul résulte du même facteur, à savoir la performance agricole.  Il s’agirait «d’une baisse de l’activité agricole et d’un rythme d’accroissement modéré des activités non agricoles».

En effet, après la forte croissance de 14,9% durant le premier trimestre de l’année 2015, la valeur ajoutée du secteur primaire en volume, corrigée des variations saisonnières, a enregistré un fléchissement de -7,4% durant la même période en 2016.  Pour la même source, «cette évolution s’explique par une baisse de l’activité de l’agriculture de 9% au lieu d’une hausse de 13,6% une année auparavant et par une moindre augmentation de celle de la pêche à 11,3% au lieu de 31,4%». Les secteurs secondaire et tertiaire ont toutefois connu durant le premier trimestre une croissance respective de 3,1 et de 2%, au lieu de 2,7 et 0,9% une année auparavant.
Il est à souligner dans ce sens que les bonnes performances du secteur secondaire sont essentiellement adossées à l’amélioration des valeurs ajoutées de l’industrie d’extraction de 7% au lieu d’une baisse de 10,8% ainsi que du bâtiment et travaux publics de 2,3% au lieu de 0,1%.

Les industries de transformation ont, en revanche, connu un ralentissement de leur rythme d’accroissement (2,9% contre 5%), au même titre que l’électricité et eau dont l’évolution s’est établie  à 2% au lieu de 10%. Un même scénario se vérifie au niveau du secteur tertiaire où à l’exception des services des activités financières et assurances qui ont enregistré une baisse de 0,3%, toutes les composantes du secteur ont  dégagé des croissances positives. Pour ne prendre que ces exemples, la croissance pour les postes et télécommunications est à 5% au lieu de 2,4%,  le commerce à 3,5% au lieu de 0,6%, et  les services rendus aux ménages et aux entreprises à 2,9% au lieu de 2,4%.
Le HCP indique par ailleurs que la croissance économique aurait été tirée par la demande intérieure, au moment où le besoin de financement de l’économie aurait enregistré une légère hausse et le niveau général des prix aurait connu un ralentissement de son rythme.  «La demande intérieure s’est accrue de 3% au premier trimestre 2016 au lieu de 0,3% la même période de l’année 2015, avec une contribution à la croissance de 3,3 points au lieu de 0,4 point», lit-on sur la note qui précise au passage que ce sont surtout les dépenses de consommation finale des ménages, ayant connu une hausse de 2,7% au lieu de 2,3%, qui ont contribué à cette croissance à hauteur de 1,6 point à la croissance au lieu de 1,4 point.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *