Conférence à Accra sur l’adhésion du Maroc à la CEDEAO

Conférence à Accra sur l’adhésion du Maroc à la CEDEAO

« Adhésion du Maroc à la CEDEAO : Vers un renforcement de la communauté Ouest Africaine », est le thème d’une conférence ouverte, mardi dans la capitale ghanéenne Accra, à l’initiative du Think tank marocain « Institut Amadeus ».

Organisée en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et le Think Tank ghanéen « IMANI », cette conférence s’inscrit dans le cadre d’une tournée ouest-africaine visant la mise en place d’un cadre d’accompagnement et de suivi de la demande d’adhésion du Maroc à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Intervenant à l’ouverture de la séance plénière de la Conférence, le président fondateur de l’Institut Amadeus, Brahim Fassi Fihri, a souligné que pour le Maroc, la CEDEAO reste l’une des communautés les plus intégrées du continent.

Après avoir rappelé l’accord de principe donné au Maroc par les Etats membres de la CEDEAO, M. Fihri a relevé certaines préoccupations exprimées à ce sujet, notamment auprès des secteurs privés du continent, soulignant que le Royaume n’est nullement pressé pour intégrer cet espace régional et que le projet d’adhésion peut prendre le temps qu’il faut avant d’aboutir.

« Nous attendons de la Commission de la CEDEAO qu’elle publie une procédure d’adhésion juste et équitable qui tienne compte des spécificités de chaque pays sans compromettre les réalisations de la communauté », a-t-il dit.

Par ailleurs, M. Fihri s’est dit confiant que le Maroc et le Ghana trouveront des synergies pour s’associer et renforcer leurs relations bilatérales, dans le cadre d’une CEDEAO élargie.

« Le potentiel de partenariat offert par deux pays dans le secteur bancaire, l’industrie et commerce, ainsi que dans les échanges culturels et l’éducation est vaste et sous-exploité », a par ailleurs fait savoir le président de l’Institut Amadeus.

De son côté, le président du think tank ghanéen « IMANI », Franklin Cudjoe, a mis en évidence l’importance de la conférence d’Accra qui constitue, a-t-il relevé, une occasion idoine pour échanger sur les opportunités, défis et challenges de l’adhésion du Maroc à la CEDEAO.

« L’adhésion du Maroc à la CEDEAO permettra aux pays membres de la Communauté de profiter de l’expertise du Royaume dans les différents secteurs », a-t-il dit.

Le Ghana, qui soutient cette adhésion, tirera profit de l’intégration du Royaume qui permettra, a-t-il ajouté, de renforcer davantage les relations bilatérales. Survenant après deux manifestations similaires ayant eu lieu récemment à Dakar et à Abidjan, la conférence d’Accra qui offre une plateforme d’échange entre responsables marocains et ghanéens, s’inscrit dans le cadre d’une tournée ouest-africaine visant la mise en place d’un cadre d’accompagnement et de suivi de la demande d’adhésion du Maroc à la CEDEAO.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *