Conjoncture : le retour des cerveaux marocains

Conjoncture : le retour des cerveaux marocains

La controverse sur le retour au pays des Marocains résidant actuellement à l’étranger ne cesse d’enfler. L’association Maroc Entrepreneurs (association basée en France et représentant aujourd’hui le plus grand réseau d’étudiants et diplômés marocains à l’étranger) vient d’apporter un début de réponse aux questions qui animent cette controverse grâce à la grande enquête qu’elle a diligentée sur le thème du «Retour au Maroc». Selon les résultats de cette enquête, plus de 85% des enquêtés ont déclaré leur intention de rentrer, à terme, au Maroc.
1823 Marocains de l’étranger ont été touchés par cette enquête. Cette communauté regroupe à la fois des étudiants et des cadres expérimentés.
C’est la création d’entreprise qui s’avère le véritable levier au retour des compétences expatriées, puisque plus de 43 % d’entre elles souhaitent s’installer au Maroc dans le but de créer leur propre entreprise.
Par ailleurs, les Marocains résidant actuellement à l’étranger envisagent, à 64,1%, de rejoindre le secteur privé marocain. Ce choix majoritaire est lié à l’image positive que véhicule le secteur en comparaison avec la fonction publique, notamment en termes d’encadrement et de niveaux de rémunération. Par ailleurs, deux secteurs attirent particulièrement les Marocains de l’étranger : celui des technologies de l’information et de la communication et celui de la finance. Les métiers rattachés à la direction générale sont les plus prisés (16,7%). Ceci s’explique par le niveau d’études élevé des personnes sondées et leur grande ambition professionnelle. Cette enquête a par ailleurs ciblé une deuxième population, constituée de Marocains ayant acquis une formation ou une expérience professionnelle à l’étranger et qui ont fait le choix du retour au pays.  Au total, 335 marocains rentrés au pays ont répondu à cette enquête. Parmi cette population, 61,8% sont assez satisfaits ou satisfaits de leur retour tant sur les plans professionnel et que personnel. Parmi les sondés, 75,8% travaillent dans le secteur privé, contre 14,3% dans le secteur public.
Mais au-delà du nombre de personnes qui passent la frontière, ce sont des aspects plus subjectifs que l’association a cherché à sonder à travers son initiative. Cette grande enquête s’est, en effet, particulièrement attachée à comprendre les attentes des Marocains en termes de perspectives de carrière et d’intégration sociale.

Perspectives d’un nouveau départ

La grande enquête de l’association Maroc Entrepreneurs s’est , entre autres, intéressée à la position des Marocains rentrés à propos de leur nouveau départ. Les avis de ces derniers sont assez partagés. Ils sont plutôt en défaveur d’une installation définitive au Maroc : seuls 29,6% des sondés n’envisagent pas de quitter à nouveau le pays. A l’inverse, 16,7% des sondés projettent de rebrousser chemin et 53,8% d’entre eux n’excluent pas cette éventualité. 60,9% des personnes sondées affirment d’ailleurs avoir hésité au moment de franchir le cap du retour.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *