Conseil aux TPME au Maroc: La BERD et l’ABCF dressent un état des lieux

Conseil aux TPME au Maroc: La BERD et l’ABCF dressent un état  des lieux

30% des clients sont installés en dehors de l’axe Casablanca-Rabat particulièrement à Al Hoceima, Oujda, Ouarzazate, Meknès, Fès, Larache et Essaouira.  De même, plusieurs secteurs ont bénéficié d’une expertise locale diversifiée.

Reconnaître la consultance comme étant un investissement profitable et rentable aux sociétés marocaines. C’est à quoi plaident conjointement l’Association des bureaux de conseil et de formation (ABCF) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Les deux parties ont tenu, jeudi 24 novembre à Casablanca, un workshop destiné aux entreprises marocaines en vue de leur présenter la valeur ajoutée du métier de conseil ainsi que son apport pour améliorer la productivité et la compétitivité des PME et TPME.

Cet atelier, tenu sous la présidence de Fatim-Zahra Bennis, nouvelle présidente de l’ABCF, et Laurent Charpentier, directeur de BERD-Maroc, fut une occasion pour présenter les programmes d’assistance technique déployés par la Banque européenne  au service du développement de la PME marocaine. La BERD apporte à travers ces dispositifs à la fois conseil et accompagnement permettant ainsi aux PME de  garantir une croissance soutenue. «Nos services se basent autour de deux volets. Nous offrons de la consultance locale qui permet à l’entreprise bénéficiaire d’avoir le meilleur impact opérationnel possible pour la PME. De même,  nous déployons une expertise locale visant à accompagner le changement stratégique de la PME par des experts internationaux ayant plus de 15 ans de savoir-faire dans le même domaine d’activité de la PME marocaine», apprend-on de Rachid Amrani, principal manager-Appui aux PME-BERD. Et de noter que «242 projets ont été menés depuis 2012 portant sur un budget global de 2,46 millions d’euros et une mobilisation de 191 cabinets». En analysant les principales conclusions du programme, il ressort que 30% des clients sont installés en dehors de l’axe Casablanca-Rabat particulièrement à Al Hoceima, Oujda, Ouarzazate, Meknès, Fès, Larache et Essaouira. 

De même, plusieurs secteurs ont bénéficié d’une expertise locale diversifiée. L’agroalimentaire arrive en tête des secteurs concernés (18%), suivi de la chimie- parachimie et du BTP et ingénierie. En outre, la stratégie et la planification financières occupent une part de 32% du portefeuille projets par type d’expertise (32%), devançant ainsi le marketing (21%) ainsi que l’organisation et solutions d’ingénieries (19%). Les initiateurs dudit programme ont souligné l’impact positif des projets de la consultance locale, notamment en termes de chiffre d’affaires. «Nous avons constaté qu’après une année de la clôture du projet   71% des clients ont vu leur chiffre d’affaires augmenter», explique M. Amrani. Ainsi, l’augmentation moyenne du chiffre d’affaires est estimée à 1.170 millions de dirhams, soit un taux de 53%.

En outre, 64% des clients ont amélioré leur productivité d’une moyenne de 42%. De même, 52% des entreprises bénéficiaires ont déclaré avoir  augmenté leur effectif, créant ainsi plus de 1.205 nouveaux emplois. L’impact des projets de la consultance locale en termes d’accès au financement n’est pas des moindres.  18% des clients ont pu accéder au financement pour soutenir  leur développement, soit une moyenne de 8,3 millions de dirhams de levée de fonds par entreprise.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *