Conseil-immigration : le métier se régionalise

Les Marocains qui rêvent d’immigrer au Canada ne se comptent plus. Et depuis des années, les bureaux de consultants fleurissent comme des champignons. Principalement dans l’axe Casa-Rabat. La demande reste malgré tout très grande et dépasse les capacités actuelles des consultants en place. D’où l’idée de certains cabinets canadiens de «décentraliser» leurs prestations au niveau des autres villes du pays. C’est le cas du cabinet de consultant www.marocainsaucanada.com, qui, conscient de l’importance que représente ce marché cherche à se positionner dans les différentes villes du pays. Récemment, un premier bureau de consultant-immigration vient d’ouvrir à la ville de Fès. Son gérant, Fatmi Layachi a décidé d’exploiter cette nouvelle niche, à travers le modèle de partenariat que propose l’opérateur canadien. Ce modèle se fait sur la base d’un contrat de franchise. Durant tout le processus d’études des dossiers, les partenaires marocain et canadien se répartissent les tâches. Le cabinet marocain s’occupe notamment de l’évaluation des chances du client, du montage du dossier client et le suivi avec le client le parcours du dossier. Le Cabinet du Canada s’occupe du dépôt définitif des dossiers, du suivi régulier avec les autorités canadiennes le parcours des dossiers des candidats ainsi que la mise à jour dossiers candidats. Dans le but de préparer les futurs partenaires consultants à exercer, le cabinet canadien leur assure une formation accélérée. Pour bénéficier de cette franchise, le partenaire est tenu de payer la somme de 15 000.00 dhs. Pour les clients, les frais d’entrevue s’élèvent à 500 dhs. Les frais de la prise en charge du dossier concernant la requête officielle auprès des instances gouvernementales canadiennes si le client a des chances d’immigration sont de l’ordre de 9 000.00 dhs avec possibilité de facilités de paiement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *