Consultation nationale sur le Millenium Account

Consultation nationale sur le Millenium Account

Une large consultation nationale dédiée aux propositions marocaines pour le Millenium Challenge Account se tiendra les 28 et 29 mars à Ouarzazate. Des membres de la société civile, des parlementaires, des responsables gouvernementaux et des représentants d’organisations professionnelles prendront part aux travaux de cette rencontre, lancés par le Premier ministre Driss Jettou.
Une importante délégation américaine, menée par John Danilovich, président-directeur général du Millenium Challenge Corporation (MCC), l’entité chargée de la gestion du Compte du Millénaire qui a déclaré le Maroc éligible à ce programme de financement, y sera également présente.
Il faut noter que cette rencontre sera l’occasion pour les responsables marocains de finaliser le dossier des propositions en vue de bénéficier des financements de ce compte mis en place par l’Administration américaine pour venir en aide aux pays en voie de développement. Les projets proposés par la partie marocaine concernent divers volets à savoir l’amélioration de la production agricole, la sauvegarde des oasis, l’encouragement de l’auto-emploi, la pêche artisanale, la micro-finance et l’artisanat. Pour les responsables marocains, le micro crédit est l’un des arguments forts de la copie finale qui devra être prête en avril prochain.
L’autre point sur lequel a insisté l’équipe d’experts chargé de l’élaboration de la proposition marocaine porte sur les projets entrant dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH). L’enveloppe totale des projets proposés avoisine les 10 milliards DH. Rappelons que plusieurs entretiens entre les autorités marocaines et la société gestionnaire du MCA ont eu lieu. La dernière rencontre date du14 mars 2006 lors de la visite du Premier ministre Driss Jettou aux Etats-Unis.
Par ailleurs, le Maroc a été déclaré éligible au financement MCA grâce aux performances enregistrées en matière de réalisation de réformes structurelles, de gouvernance équitable et démocratique, de liberté économique et d’investissement dans la santé et l’éducation. En effet, pour pouvoir bénéficier de ce programme de dons destinés à financer des projets de développement pour lutter contre la pauvreté et générer des revenus, chaque pays devait remplir une série de critères. Il s’agit précisément de la tenue d’élections libres et honnêtes, l’indépendance de la justice et l’Etat de droit, la liberté d’expression et de la presse, l’absence de corruption et l’affectation de crédits budgétaires aux services sociaux de base.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *