Convention avec les pôles Mer Bretagne et Mer PACA : Un partenariat pour le développement de l’océanopôle Tan Tan

Convention avec les pôles Mer Bretagne et Mer PACA : Un partenariat pour le développement de l’océanopôle Tan Tan

Les pôles Mer Bretagne, Mer PACA et l’Océanopôle Tan Tan au Maroc ont signé, vendredi 9 septembre à Paris, une convention de partenariat. En effet, les Pôles Mer et l’Océanopôle Tan Tan au Maroc se sont rapprochés en novembre 2010 suite à un séminaire technique organisé au Maroc pour favoriser la rencontre entre les acteurs. Plusieurs axes de collaboration ont émergé, faisant apparaître des intérêts communs. «Au-delà d’une amélioration des performances de la filière pêche et de l’optimisation de la valeur ajoutée générée par les captures, le Maroc, de par sa vocation maritime, se doit de promouvoir les initiatives innovantes de mise en valeur des ressources marines afin de contribuer au développement d’un créneau d’excellence d’avant-garde dans ce qui peut devenir sa force même : les ressources, les sciences et les technologies de la mer», c’est ce qu’a déclaré Omar Bensouda, président de l’Océanopôle Tan Tan, à l’occasion de la cérémonie de signature de la convention de partenariat. Et de poursuivre : «en effet, confronté aux défis du changement climatique et de la raréfaction des ressources naturelles, l’avenir des nations est fortement lié à leur capacité de préserver les stocks halieutiques et de développer l’aquaculture pour satisfaire leurs besoins alimentaires, d’exploiter le potentiel minéral et énergétique des océans pour soutenir leurs croissances, d’utiliser les molécules marines pour concevoir les matériaux et les remèdes de demain, mais aussi de maîtriser les activités maritimes et les interactions de l’homme avec l’environnement marin en tant qu’espace vital pour le bien-être des hommes». Aussi, la feuille de route a défini certains domaines prioritaires, à savoir l’axe «pêches navires» qui concerne la mise à niveau de la flotte marocaine existante et des chantiers navals et le développement des échanges sur la formation avec les établissements français. La seconde priorité va aux «ports», avec l’aménagement des infrastructures et servitudes pour la pêche. Ensuite, vient le «littoral» avec tout ce qui est relatif à l’environnement, la qualité des eaux, les aménagements, les récifs artificiels et la bio dépollution. La priorité suivante est relative à la «pêche ressources», elle englobe connaissance, politique de gestion et aquaculture. Enfin le dernier axe s’agit des «énergies marines» à savoir l’énergie éolienne, hydrolienne, houlomotrice et algocarburants. Par ailleurs, une démarche partenariale est également envisagée pour la réalisation d’un projet de plate-forme technologique à proximité de Tan Tan port.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *