Convention entre l’Etat et Maroc Telecom

C’est la deuxième convention en trois ans signée entre l’Etat et Itissalat Al-Maghrib. Ce protocole conclu à Rabat, hier mardi, lors d’une cérémonie présidée par le Premier ministre, Driss Jettou, porte sur la réalisation d’un nouveau programme d’investissements d’un montant de 7,41 milliards de dirhams et la création de 150 nouveaux emplois directs en trois ans.
Plusieurs volets sont concernés par ce programme, entre autres, la téléphonie fixe, la téléphonie mobile, l’Internet et la transmission de données.
La première convention signée entre l’Etat et Maroc Telecom date du 23 janvier  2003 et portait sur un investissement de 7,79 milliards de dirhams et la création de 300 emplois directs. Ce protocole intervenait deux ans après l’entrée dans le capital de Maroc Telecom du Groupe Vivendi, détenteur aujourd’hui de 51% de ce capital. Dans son intervention, le Premier ministre a insisté sur l’environnement libéral du secteur des télécoms, «un secteur en développement spectaculaire». Illustration de ce dynamisme, le parc des abonnés, et le  nombre de téléphones portables qui dépasse aujourd’hui 15 millions.  L’autre axe de développement concerne l’ADSL, mode qui a donné un vrai souffle au marché de l’Internet au Maroc. A l’horizon 2010-2011, le Maroc table sur 24 millions de téléphones portables, avec des retombées économiques importantes. Un tel engouement profite aux opérateurs du marché et à Maroc Telecom qui prévoit un chiffre d’affaires de plus de 24 milliards de dirhams l’année prochaine. Pour Driss Jettou, le développement des télécommunications a des «retombées importantes sur un secteur d’émergence extrêmement important pour le Maroc qu’est l’offshoring».  «Nous avons aujourd’hui, avec Maroc Telecom et les autres opérateurs, a précisé le Premier ministre, des offres extrêmement intéressantes qui vont positionner le Maroc comme site-phare pour le développement de ce secteur».
Rappelant le benchmark dressé par rapport à de nombreux pays, il a indiqué que ce travail a montré qu’au Maroc, le coût des télécommunications figure parmi les ""points faibles""du système. Toutefois, avec les offres de Maroc Telecom, de Maroc Connect et de Méditel, le Royaume est en train d’être “au top parmi les neufs plus grands opérateurs mondiaux dans ce secteur”, a-t-il estimé.
Pour Jean Bernard Levy, président du directoire de Vivendi Universal,  présent lors de la cérémonie de signature, cette convention marque «la motivation d’IAM à continuer à fournir à l’ensemble de la population marocaine les meilleurs services aux meilleurs prix». Illustration de l’engagement de Maroc Telecom dans les projets structurants, le  financement du projet du câble sous-marin qui viendra en appui aux différents projets du Plan Emergence.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *