Coopération maroco-irakienne : Un fonds commun d investissement d un capital initial de 10 millions de dollars

Coopération maroco-irakienne : Un fonds commun d investissement  d un capital initial de 10 millions de dollars

Réunis en showroom pour la 2ème fois à Rabat en moins de 6 mois, des opérateurs marocains et leurs homologues irakiens ont réaffirmé mardi leur volonté d’accélérer le mouvement de leur coopération en «passant à la phase de la réalisation des projets».

A l’appel de l’Association maroco-irakienne pour le développement, quelque 70 hommes d’affaires irakiens se sont, en effet, concertés – en présence du ministre du tourisme- avec des industriels marocains sur la meilleure manière de conduire des projets communs dans des domaines aussi variés que l’alimentaire, le tourisme, le bâtiment, la finance… Partant du principe de la nécessité de mettre à profit les bonnes relations bilatérales et la complémentarité économique dans de nombreux domaines, ils ont décidé la création d’un fonds commun d’investissement doté d’un capital initial de 10 millions de dollars.

Cependant l’association d’investissement maroco-irakienne a l’ambition de porter ce montant global des investissements à 500 millions de dollars dans les 3 ans qui viennent et à un milliard avant 5 ans. Selon le président de l’association, la dizaine de projets d’investissement authentifiés jusqu’à présent concernent les domaines de l’agroalimentaire et du tourisme.

Dans ce secteur en particulier, une centaine d’appartements de location seront construits très prochainement dans différentes villes du Royaume. Lahcen Haddad qui s’est félicité de ce premier pas a souhaité qu’il soit suivi d’autres «car le Maroc a mis en place un cadre d’affaires qui a amélioré les conditions de la réalisation des projets».

Le ministre qui a mis en exergue les différentes mesures prises pour encourager l’investissement, a rappelé que les objectifs de la Vision 2020 qui oriente le secteur du tourisme sont d’attirer quelque 20 millions de visiteurs et de porter la capacité totale de 185.000 à 375.000 lits. Il a également laissé entendre que les projets susceptibles d’être agréés par le Maroc doivent, en contrepartie des encouragements présentés sur le plan du foncier et de l’accompagnement, s’inscrire dans le cadre de la feuille de route du tourisme marocain.

Le Royaume a inventorié 1.500 opportunités d’investissement touristiques sur l’ensemble de son territoire, de Tanger à Lagouira, et en a choisi 450 pour être réalisés à terme dans toutes les branches de cette activité : balnéaire, culturel, écologique… «En fait, a-t-il précisé, nous accueillons quasiment tous les projets, sauf ceux qui risquent d’entraîner une surdensité dans des zones proches de la saturation». Le ministre qui a affirmé que le Maroc a la volonté politique de renforcer sa coopération avec l’Irak, a donné comme exemple de la quête permanente de l’amélioration du climat des affaires la signature – prévue pour aujourd’hui – des contrats d’investissement touristiques avec les régions de Kenitra et de Tanger et, le vendredi avec celle d’Agadir.

Lahcen Haddad qui a répondu à quelques questions des opérateurs irakiens a conclu son intervention en déclarant que la période des débats est finie et qu’il est temps de passer à l’action. Il a annoncé un projet de construction par le Maroc d’une aciérie en Irak et la possibilité d’exporter 30.000 tonnes de phosphates dans ce pays. Répondant à cette volonté, les opérateurs irakiens ont déclaré pour leur part souhaiter créer une usine de conditionnement des dattes en vue d’en exporter au Maroc.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *