Coopératives : Réalisations et menaces

Coopératives : Réalisations et menaces

Le bilan avancé par l’Office de développement de la coopération (ODCO) pour l’exercice 2004 est à examiner à la lumière de la polémique engendrée par la loi de Finances 2005. Le débat autour de la taxation, ou pas, des coopératives a été bien houleux. Suite à l’adoption de cette mesure, pour les coopératives à vocation industrielle réalisant un chiffre d’affaires de plus de 5 millions de DH, cette activité est à suivre de près. Les chiffres pour l’année 2005 risquent de subir quelques changements.
En attendant, le Maroc comptait, en 2004, un total de 4876 coopératives et fédérations de coopératives, dont 3039 oeuvrent dans le secteur de l’agriculture (23%), 850 dans l’habitat (18%) et 583 dans l’artisanat (12%). Les autres coopératives se répartissent entre les secteurs forestiers (3,7%), la pêche maritime (1,4%), les transports (1,2%), le commerce au détail (0,73%), la formation et l’éducation (0,6%), la consommation (0,52%), le tourisme, les mines, la communication, la culture et les arts. 329 nouvelles coopératives, dont une fédération ont été agréées en 2004. Parmi ces coopératives, 38 opèrent dans le secteur de l’habitat et autant dans le secteur de l’artisanat, 6 dans la pêche maritime, 5 dans les transports, 4 dans le commerce, 1 dans la consommation et 1 dans la comptabilité. Par régions, ces coopératives se répartissent entre Souss-Massa-Draâ (66), Abda-Doukkala (42), Marrakedch-Tensfit- Al Haouz (36) et Tanger-Tétouan (25). « L’ODCO mène une série d’études et d’enquêtes sur des échantillons de coopératives de toutes les régions du Maroc, en collaboration avec les autorités locales, afin d’élaborer une approche dédiée à l’amélioration de la gestion de ces structures et à la promotion de la formation dans ce secteur », précise le communiqué de l’ ODCO.
Toutefois, il est bon de signaler que la passivité de l’office est à l’origine d’un taux de casse anormale pour le milieu. Le guerre politique pour le contrôle, mais surtout, le recrtement de proches, a fini par saigner l’ODCO. Les études qu’il compte mener devraient également déterminer les causes des problèmes auxquels sont confrontées nombre de ces organisations, poussant certaines d’entre elles à cesser leurs activités. Par contre, il faut aussi reconnaître que la coopération a créé le développement de plusieurs secteurs sociaux et économiques, et la loi marocaine a ouvert les portes de telle sorte qu’il est devenu possible de créer des coopératives dans tous les secteurs d’activité humaine. Ainsi, dans le cadre des principes mondiaux de la coopération, celles-ci agissent dans de nombreux domaines. Le législateur leur a fixé pour objectifs l’amélioration des positions économiques, sociales et éducatives des participants. Aussi, l’encouragement de la coopération entre les membres est bien avancée.
Côté réalisation au profit des coopérants et par leurs initiatives communes, d’activités d’achat, de vente et de prestation de services avec des coûts modérés sont une réalité. Reste, toutefois, à concrétiser l’amélioration de la qualité des produits ainsi que le développement et valorisation de la production des coopératives.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *