Coordination des politiques macro-économiques

Le ministre du Commerce extérieur,Mustapha Mechahouri, a affirmé que la réalisation des objectifs de l’accord d’Agadir est tributaire de la coordination entre les pays signataires de leur politiques macro-économiques et sectorielles notamment dans les domaines du commerce extérieur, de l’agriculture, de l’industrie et de la fiscalité.
S’exprimant lundi à Rabat à l’ouverture d’un séminaire intra-régional sur la libre circulation des marchandises, organisé sous le thème « harmonisation des règles techniques des pays membres de l’Accord d’Agadir », le ministre a indiqué que la signature de cet accord s’inscrit dans le cadre des objectifs fixés par la déclaration de Barcelone de 1995 visant l’établissement d’une zone de libre-échange méditerranéenne à l’horizon 2010 et devant assurer un espace euro-méditerranéen « stable et prospère ».
L’accord d’Agadir devra permettre de dynamiser les échanges commerciaux, développer le tissu industriel, soutenir l’activité économique et l’emploi, augmenter la productivité et améliorer le niveau de vie dans les pays signataires, a ajouté M. Mechahouri. Il s’est félicité à cette occasion des avancées réalisées par les quatre pays signataires (la Jordanie, l’Egypte, le Maroc et la Tunisie), tant au niveau bilatéral qu’au niveau des relations avec l’Union Européenne, notamment à travers le déclenchement d’un important processus de rapprochement des législations, conformément au plan d’action de Palerme, en matière de facilitation commerciale et des règles d’origine.
Pour sa part, Mme Anna Abariotou, de la Commission européenne, a souligné que la coopération Nord-Sud ne peut réussir sans un réel processus d’intégration économique entre les pays du Sud, d’où l’importance de développer les échanges commerciaux entre ces pays et de consolider la coopération Sud-Sud.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *