COP22: L’accord de siège signé à Bonn

COP22: L’accord de siège signé à Bonn

«L’expérience du Maroc montre que tout est possible. Nous travaillons pour faire en sorte que la dynamique du concert soit en permanence mise en valeur. L’esprit de Paris sera le même esprit de Marrakech».

Les préparatifs s’enchaînent pour la COP22. A mi-chemin de la tenue de ce grand-rendez-vous du climat, le Maroc, représenté par Salaheddine Mezouar, signe officiellement l’accord de siège pour l’organisation de la 22ème Conférence des parties de la convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique à Marrakech (COP22). Ceci se passe en marge de la Conférence de Bonn sur le climat dont les travaux ont démarré lundi et se poursuivent jusqu’au 26 mai en Allemagne.

Salaheddine Mezouar, sous sa casquette de président du comité de pilotage de la COP22, conduit une importante délégation à cet événement qui connaîtra également la tenue des 44èmes sessions des organes subsidiaires de la Conférence Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (SBI) et (SBSTA) ainsi que de la première session du Groupe de travail ad hoc sur l’accord de Paris (APA1).

Salahedine-Mezouar-Cop22-BonnPour marquer la participation nationale, un stand aux couleurs du Maroc a été aménagé promouvant l’engagement du Royaume en faveur du climat. De même, la délégation marocaine organisera le 19 mai un side-event. Cette rencontre portera sur la coopération Sud-Sud en Afrique, notamment en termes d’adaptation dans les NDC (à savoir les contributions déterminées au niveau national).

Le but étant de permettre aux pays africains d’échanger sur les pratiques qui permettront d’améliorer l’adaptation dans les NDC, et ce conformément à l’accord de Paris. Ce pacte prévoit le renforcement de la coopération régionale sur le concept des NDC et d’établir des centres et des réseaux régionaux dans les pays en voie de développement.

Intervenant lors de la séance d’ouverture de la Conférence de Bonn, Salaheddine Mezouar a souligné «l’obligation de crédibiliser l’action et d’apporter des réponses concrètes aux pays les plus menacés». Concernant l’organisation du Maroc de la COP22, M. Mezouar a indiqué qu’il s’agit «d’une consécration d’une action confirmée en faveur du climat». Le président du comité de pilotage de la Cop22 a affirmé, par ailleurs, que «la COP21 a placé la barre très haut». Il a, par ailleurs, assuré que le Maroc est prêt à relever le défi. «L’expérience du Maroc montre que tout est possible. Nous travaillons pour faire en sorte que la dynamique du concert soit en permanence mise en valeur. L’esprit de Paris sera le même esprit de Marrakech», précise Salahedine Mezouar.

 

Pour sa part, Ségolène Royal, présidente de la COP21, a réitéré son soutien au Maroc pour réussir sa mission. «L’application de la Cop21 n’a de sens que s’il y a des résultats et les résultats sont dans l’action. L’esprit de Paris ne s’est pas affaibli. Il devient progressivement l’esprit de Marrakech. Je suis engagée à travailler avec Mezouar en étroite collaboration pour préparer la Cop22», affirme Ségolène Royal.
La séance d’ouverture de la conférence de Bonn a été marquée par la plantation d’un arbre, en célébration de l’accord de Paris, de la journée de la terre et des générations futures.

Notons que la Cop22 sera organisée du 7 au 18 novembre à Marrakech. Il s’agit de la deuxième candidature du Maroc puisque le Royaume a organisé la Cop7 en 2001. Les préparatifs pour cette nouvelle édition vont bon train confirmant ainsi l’engagement du Maroc en faveur du développement durable et du climat. L’étape, la plus récente franchie dans ce sens est celle du lancement du site web de la COP22. Cette plate-forme est désormais opérationnelle et disponible en 4 langues, à savoir : le français, l’anglais, l’arabe et l’espagnol. De même, les délégations étrangères multiplient leurs visites au Maroc pour identifier les axes de coopération et les thématiques prévues dans le cadre de la Cop22 . Citons dans ce sens la dernière visite de la délégation de l’Unesco au Maroc en date des 4 et 5 mai. Conduite par Flavia Schlegel, présidente de l’équipe spéciale de l’Unesco sur le changement climatique, la délégation avait pour mission d’identifier les thématiques et événements autour desquels s’articulera une coopération renforcée entre l’Unesco et le Maroc.

Les axes fixés s’inscrivent dans la durabilité (avant, pendant, et après la COP22). Ils porteront, entre autres, sur l’éducation pour le développement durable, l’impulsion pour mettre en avant les dimensions éthique, culturelle et scientifique du changement, le savoir traditionnel et autochtone ainsi que la coopération Sud–Sud. Rappelons que cette visite s’inscrit dans le cadre de l’initiative «Unesco pour la Cop» (U4C) ayant pour devise «Changeons les esprits, pas le climat». La finalité étant de mettre en relief les dimensions culturelle, sociale, économique, scientifique et comportementale et souligner l’importance de faire adhérer les consciences et le grand public, en particulier les femmes et les jeunes, pour trouver des réponses pertinentes aux grands défis du changement climatique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *