COP22 : L’heure de l’action a sonné

COP22 : L’heure de l’action a sonné

Dans 11 jours l’ambition étant de parvenir à des engagements de la part aussi bien des Etats que de la société civile, spécialement dans les domaines du financement du climat et l’adaptation.

Plus de 40 chefs d’Etat ont confirmé leur présence et près de 20.000  délégués sont présents dans la Zone Bleue, comme l’a annoncé le président de la COP22. De même 30.000 représentants de la société civile y prennent part. Dans une salle archi-comble et devant un parterre de médias nationaux et internationaux, Salaheddine Mezouar et  la  secrétaire exécutive de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) ont souhaité la bienvenue à tous les journalistes et participants «Nous sommes en train de vivre un moment historique à Marrakech, qui marquera une inflexion dans la dynamique en relation avec le climat, Marrakech sera la COP de l’action». Ainsi, il s’avère que la prise de conscience globale implique l’urgence d’agir. Dans son allocution, le président de la COP22 a notamment mis l’accent sur la souffrance des pays directement impactés par les changements climatiques, ceux qui subissent de plein fouet les aléas climatiques à l’instar des Etats insulaires et de certains pays africains. Ces pays, selon M. Mezouar, attendent que cette prise de conscience collective se traduise par la mise en œuvre de projets concrets.

cop22-mezouar

Momentum du climat

Et le président de souligner : «Nous changeons de paradigme vers une économie sobre en carbone qui nécessite des flux de finance climat importants à destination des pays les plus vulnérables». Tous les espoirs sont donc placés sur cette COP de l’action, dans 11 jours l’ambition étant de parvenir à des engagements de la part aussi bien des Etats que de la société civile, spécialement dans les domaines du financement du climat et l’adaptation. L’état d’esprit positif de tous les acteurs impliqués a également été mis en avant par le président de la COP, soulignant à cet égard «que cette COP doit être au rendez-vous des attentes». Encourager les pays à ratifier le plus vite possible et que personne ne soit exclu de ce processus dans le cadre de l’inclusivité, sont les objectifs à atteindre.

Financement : 1,1 trillion de dollars de besoins

Pour ce qui est de l’absence de contrainte pour les Etats, le président est revenu sur les besoins en financement. En effet, 100 milliards de dollars par an est un levier qui servira d’encouragement mais ne répondra pas à tous les besoins de financement pour lutter contre les changements climatiques. «Nous sommes en train de parler de 1 ,1 trillion de dollars de besoins», estime-t-il. Le continent africain connaît une dynamique sans précédent et le nombre de sa population va doubler dans les prochaines années, autrement dit, l’enjeu en Afrique est sérieux. Selon le président de la COP22,  la pression est exercée sur les villes qui ont connu une croissance de 70% durant les dix dernières années. Le besoin en énergie est en croissance de 30% chaque année,  la pression est également exercée sur l’agriculture, la problématique de l’eau, la problématique de la déforestation, la problématique de la désertification autant de questions auxquelles l’Afrique est confrontée. Les Etats insulaires sont encore plus concernés, car menacés de disparition.

Accord de Paris : 100 ratifications

L’entrée en vigueur de l’Accord de Paris a également fait l’objet de cette conférence de presse puisque 100 parties ont déjà pris cet engagement. Un processus en faveur d’une action mondiale fortement salué et qui sera également corroboré par la première réunion des parties à l’Accord de Paris (CMA1) qui se tiendra le 15 novembre pendant la COP22.

Leila Ouchagour

Journaliste stagiaire

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *