Coulisses : Fouzi Zemrani, nouveau président de la FNAVM

Fouzi Zemrani, nouveau président de la FNAVM
L’ex-chef de la commission Haj et Omra, Zemrani, est devenu depuis le 16 avril le nouveau président de la Fédération nationale des agences de voyages. On parle d’un coup de théâtre, puisque le nouveau président n’était même pas candidat déclaré avant la rencontre. Le débat sur les arriérés de cotisation a accouché d’un consensus, une grande entreprise à Casablanca s’étant engagée pour régler tout ou partie de la dette de son association.

Les maisons d’hôtes ouvrent leurs portes
La Journée d’information de l’Association des maisons d’hôtes de Marrakech et du Sud qui se tiendra dans cette ville ce samedi serait partie, d’après les mauvaises langues, d’une remarque du wali qui aurait récemment invité ces structures d’hébergement à plus de transparence.
L’événement intervient aussi à l’heure où la commission régionale est en pleine inspection pour classer cette activité dont Riads du Maroc, fournisseurs TO, avec un réseau de plus de 120 maisons d’hôtes, est l’un des leaders.

Hassan Bargach, nouveau directeur du Sofitel Marina Smir
Nommé voici quelques semaines à la tête de cet établissement, Hassan Bergach, celui qui a mené de bout en bout le programme de certification des hôtels Ibis d’Accor, a pour ambition de relever le niveau de fréquentation de cet établissement. Un promotion a été lancé dans ce cadre à l’occasion des vacances scolaires, à raison de 625 dirhams par personne en demi-pension. L’établissement compte sur la thalassothérapie pour convaincre.

Fès : la Commission de classement s’active
A partir de la semaine prochaine, la commission régionale de classement à Fès recommence ses activités.
En ligne de mire, et dans un premier temps, les maisons d’hôtes et les gîtes à Fès, Taza, Sefrou et Boulmane.
La commission compte réunir les hôteliers, les propriétaires des maisons d’hôtes pour expliquer les tenants et les aboutissants de la loi 61-1-00.

Un tiers des touristes à Zagora non comptabilisés
Plus de 30% des touristes ne seraient pas comptabilisés officiellement dans cette région. Le tourisme de bivouac et de trekking qui prend de l’ampleur n’est toujours pas intégré dans les statistiques qui se bornent à retracer les nuitées réalisées dans les hôtels.

Consensus difficile entre agences et transporteurs à Agadir
A Agadir, l’élection d’un nouveau bureau pour une association d’agences de voyages et de transporteurs touristiques a fini en queue de poisson la semaine dernière.
Dans un premier temps, les protestataires ont fait valoir la nationalité étrangère de la nouvelle présidente, pensant à tort qu’il s’agit d’un vice de droit. L’argument a été déclaré juridiquement non valable. Les protagonistes en sont revenus depuis à de meilleurs sentiments.

Grogne à l’ONMT
L’Office national marocain du tourisme (ONMT) est régi par un organigramme parallèle complètement différent de celui qui a reçu l’aval du ministre du Tourisme en avril 2001 et celui du Conseil d’administration de l’Office. Selon le bureau syndical de l’Office, la directrice générale Fethia Bennis, a engagé des contractuels placés à la tête des directions de l’établissement alors qu’ils n’ont aucune formation ni expérience dans le tourisme. Cette situation a été dénoncée comme un acte qui s’est fait au détriment des fonctionnaires de l’établissement qui s’en sont trouvés marginalisés. Et le problème de l’Office c’est qu’il est surpeuplé de personnels qui ne produisent rien ou presque au profit du tourisme nationale. L’existence de cette machine bureaucratique qu’est l’OMNT est coûteuse pour les dépenses publiques. Une vingtaine de cadres compétents et bien rémunérés peuvent mieux s’acquitter de cette tâche. La situation de l’OMNT rappelle celle de nombre d’offices marocains. Des machins budgétivores et inutiles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *