Craintes d’une récession américaine

Les craintes d’une récession américaine ont fait chuter les Bourses d’Asie mercredi, après l’annonce de nouvelles pertes dans le secteur bancaire et une baisse de la consommation aux Etats-Unis. Les rumeurs d’une éventuelle réunion d’urgence de la Réserve fédérale américaine (Fed) ont pesé sur le dollar qui a atteint son plus bas niveau face au yen depuis 2 ans et demi, accélérant le mouvement de recul sur le marché de Tokyo inquiet pour les exportations japonaises. L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé la séance sur une nouvelle très lourde chute de 3,35%, s’affichant en clôture à son niveau le plus bas depuis octobre 2005. L’indice Nikkei 225, moyenne non pondérée des 225 valeurs vedettes, a perdu 468,12 points (-3,35%) pour clore à 13.504,51 points. Il avait déjà cédé 138,16 points mardi, 211,05 points jeudi dernier et 277,32 points vendredi à la veille d’un week-end de trois jours.
A Hong Kong, l’indice Hang Seng a dévissé de 5,4%, et Shanghaï, que l’on croyait pourtant relativement épargnée de l’influence de l’économie américaine, a cédé près de 3%. Séoul a perdu 2,4%, Sydney 2,5%, tandis que Taipeh se contractait près de 3% et que Jakarta tombait de plus de 5%. Bangkok perdait près de 2% avant la clôture et Singapour 2,69%. «Les marchés en Asie se replient en prévision d’un ralentissement de l’économie américaine, voire d’une récession», a commenté Daisuke Uno, responsable de la stratégie à la banque Sumitomo Mitsui. «Il est intéressant de noter que les économies émergentes – qui étaient considérées comme protégées des turbulences affectant les marchés des économies développées – sont en fait touchées», a-t-il ajouté. Le géant financier américain Citigroup a annoncé mardi que ses pertes au 4e trimestre étaient près de deux fois plus importantes que ce qui était attendu, en raison de la crise des prêts hypothécaires à risques ("subprimes"). Le gouvernement américain a en outre annoncé le plus mauvais chiffre pour les ventes de détail depuis 6 mois, alimentant encore les craintes de voir la plus grande économie du monde glisser vers la récession. Au Japon, le Premier ministre Yasuo Fukuda a averti que les lourdes pertes de Citigroup "risquent de toucher non seulement l’économie américaine, mais également l’économie mondiale".
A propos de la chute de la Bourse de Tokyo, M. Fukuda a répondu: «Nous allons l’analyser dans le calme et prendre les mesures qui s’imposent». Mais le ministre japonais des Finances Fukushiro Nukaga a demandé aux intervenants sur le marché de ne pas exagérer l’impact des turbulences aux Etats-Unis. Les mauvais indices américains, combinés à une inflation maîtrisée, ont ravivé les espoirs d’une nouvelle baisse des taux d’intérêt aux Etats-Unis. Selon Yoshikiyo Shimamine, économiste en chef au Dai-ichi Life Research Institute, certains donneurs d’ordres à Tokyo pensent que la Réserve fédérale américaine pourrait intervenir avant sa prochaine réunion prévue le 29 janvier.
«Des mesures drastiques, telles qu’une baisse des taux d’intérêt et des incitations fiscales du gouvernement américain, sont nécessaires pour renverser la tendance», a-t-il estimé.
La rumeur d’une réunion d’urgence de la Fed a également gagné Hong Kong.
«Je pense que cela aiderait à rassurer les investisseurs, mais probablement pas à améliorer de façon radicale le sentiment ambiant», a commenté pour sa part Ben Kwong, un des responsables de KGI Asia Ltd. Les Etats-Unis devaient annoncer mercredi l’indice des prix à la consommation et les chiffres de la production industrielle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *