Crédit Agricole du Maroc : L’accompagnement du monde rural salué par les députés

Crédit Agricole  du Maroc : L’accompagnement du monde rural salué par les députés

Le Groupe a exposé ses réalisations en commission parlementaire

Le montant supporté par la banque afin d’annuler les crédits des petits agriculteurs a atteint 5 milliards de dirhams rien qu’entre 2000 et 2013, soit environ 60% du coût global

L’engagement du Crédit Agricole du Maroc envers le monde rural et les agriculteurs se confirme au fil du temps. En témoignent les résultats dévoilés par le Groupe lors de la réunion qui s’est déroulée mercredi dernier en commission parlementaire, et ce en présence de Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. Lors de cette réunion, les membres de la commission n’ont pas manqué de féliciter le CGAM pour son rôle d’accompagnement des agriculteurs et du monde rural.

Il en ressort que le montant supporté par la banque afin d’annuler les crédits des petits agriculteurs a atteint 5 milliards de dirhams rien qu’entre 2000 et 2013, soit environ 60% du coût global (le reste étant supporté par l’Etat à travers l’augmentation du capital de la banque). Par ordre chronologique, la banque a procédé en 2001 à rendre effectif l’ajustement de la dette des agriculteurs, ce qui a fait l’objet d’un accord signé entre l’Etat et le Crédit Agricole du Maroc le 21 juin 2001.

Ainsi, 100.000 agriculteurs ont pu bénéficier d’une réinsertion dans le processus de financement. Conformément aux Hautes orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la banque est passée donc à la vitesse supérieure en procédant à mettre fin à l’endettement de 100.000 petits agriculteurs qui étaient dans une situation financière difficile. Cette opération a coûté 3 milliards de dirhams dont 2 milliards ont été supportés par le GCAM et un milliard par l’Etat. Deux années plus tard, le Crédit Agricole du Maroc s’est fixé comme objectif de soutenir les agriculteurs affectés par les changements climatiques en restructurant leurs dettes.

Dans le cadre de la mise à niveau financière des petits agriculteurs, la banque a procédé en 2011 à alléger et réorganiser les dettes des agriculteurs. Ainsi, 70.000 clients ont bénéficié d’une annulation partielle de leurs impayés, soit une valeur totale de 760 millions de dirhams et 174 dossiers de crédits enregistrés. En même temps, la banque verte a mis à niveau 144.967 dossiers, soit l’équivalent de 3,5 milliards de dirhams. Entre 2014 et 2015, l’établissement a renouvelé son opération de mise à niveau des dettes en mobilisant un montant de 90 millions de dirhams (part du Crédit Agricole du Maroc). Dans ce processus, la banque a décidé durant la saison agricole 2017-2018 de reporter les impayés. En termes de financement offrant des prix préférentiels, cette opération a coûté annuellement 250 millions DH à la banque sachant que l’accord signé entre la banque et l’Etat avait pris fin en 2013.

Ces prix préférentiels permettent de fixer les intérêts des crédits entre 5 et 5,5%. Après 2013, le Crédit Agricole du Maroc a continué à baisser les taux d’intérêt appliqués aux agriculteurs. Par ailleurs, l’inclusion financière se traduit également par le renforcement des capacités à travers l’encadrement financier.

Ainsi, la banque a lancé une opération visant les familles rurales résidant dans les régions les plus éloignées. A fin juin 2019, cette initiative a profité à 11.000 bénéficiaires dont 25% de femmes dans 123 localités. L’objectif de cette opération est, entre autres, d’initier les habitants de ces régions aux services bancaires à travers plusieurs modules dispensés à cet effet.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *