Crédit bancaire : Une hausse de 5,1% à fin juin

Crédit bancaire : Une hausse de 5,1% à fin juin

Portant sur un encours global de plus de 900 milliards de dirhams

Une accélération du rythme de progression des crédits bancaires a été observée au premier semestre de l’année. L’encours a progressé de 5,1% atteignant ainsi les 900,4 milliards de dirhams à fin juin. C’est ce que relève Bank Al-Maghrib dans ses dernières statistiques monétaires. «L’analyse de la progression du crédit bancaire par objet économique fait ressortir un accroissement de 2,3% après 2,1% des prêts à l’équipement. A l’inverse, la progression des facilités de trésorerie a ralenti de 8,6% à 6,7% et celle des prêts immobiliers de 4,2 à 3,3%»,  peut-on relever de la banque centrale. Et de poursuivre que «les crédits à la consommation ont augmenté de 4,2% au lieu de 4,8% un mois auparavant».

Les six premiers mois de l’année ont été marqués par une hausse des créances nettes sur l’administration centrale. Ces dernières ont progressé de 10,3%. Les réserves internationales nettes se sont également renforcées sur ladite période affichant ainsi une appréciation  de 3,2%. Par secteur institutionnel, Bank Al-Maghrib relève une décélération du rythme de progression des concours au secteur non financier. Ils sont revenus à 3,6%.

«Le crédit au secteur privé a vu son taux de croissance revenir de 4,3 à 3,8%, avec un ralentissement de la progression des prêts alloués tant aux entreprises privées, de 2,9 à 2,5%, qu’aux ménages de 5,8 à 5,4%. De même, la baisse des concours aux sociétés non financières publiques s’est accentuée à 1,5% après 1% un mois auparavant», explique Bank Al-Maghrib. Par branche d’activité, les données trimestrielles font ressortir une hausse des  crédits aux entreprises des branches «commerce, réparations automobiles et articles domestiques». Ils se sont renforcés de 8,1% tandis que les crédits alloués au «Bâtiment et travaux publics» sont passés d’un trimestre à l’autre de 1 à 0,5%. En  parallèle, les prêts aux « industries manufacturières » ont vu leur repli se creuser à 4,1% après 1,3% tandis que ceux adressés aux «industries extractives» ont diminué de 8,1% après avoir augmenté de 6,9% un trimestre auparavant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *