Crise financière : La France dévoile son plan de rigueur

Crise financière : La France dévoile son plan de rigueur

Condamnée à l’austérité par la crise financière et une croissance révisée à la baisse, la France devait présenter mercredi en fin d’après-midi, son plan de rigueur pour 2011 et 2012 après d’ultimes réunions de cadrage présidées par Nicolas Sarkozy à l’Elysée. Jalousement gardé, le secret sur le volume et les composantes de ce plan devait être levé à 18h00 (16h00 GMT) lors d’une conférence de presse du Premier ministre François Fillon, qui s’exprimera ensuite sur le plateau du journal de 20 heures de la chaîne privée TF1. Un point est cependant acquis: François Fillon révisera (à la baisse) la prévision de croissance de l’économie française (2% attendus jusqu’à présent cette année, 2,25% en 2012), a annoncé la porte-parole du gouvernement, Valérie Pécresse, à l’issue du Conseil des ministres. Parmi les mesures du plan de rigueur encore débattues mercredi matin, figuraient «les modalités de la taxation des hauts revenus, toujours pas arbitrées», a-t-on indiqué de source gouvernementale. Selon des chiffres non confirmés par le gouvernement, le respect des engagements de la France sur le déficit public exigerait jusqu’à 4 milliards d’euros d’économies et de recettes fiscales supplémentaires sur l’exécution du budget 2011 et 10 milliards l’an prochain. De l’aveu même du ministre de l’économie, François Baroin, le cadrage du budget 2012, à huit mois de l’élection présidentielle en France, restera comme «le plus difficile du quinquennat». Le gouvernement doit réduire le déficit de 20 milliards pour le ramener de 5,7% du PIB attendus cette année à 4,6% l’an prochain. La cure d’austérité qui s’annonce est cependant le prix à payer pour conserver durablement le «triple A» de la France et éviter à la zone euro un nouveau séisme financier comme celui provoqué par la dégradation de la note américaine de AAA à AA+ le 5 août et la crise grecque. Les premières mesures antidéficit du plan français, applicables dès cette année, seront très vraisemblablement adoptées par le Parlement lors de la session extraordinaire convoquée le 6 septembre pour examiner le nouveau plan européen d’aide à la Grèce. Dans ses efforts, la France a été précédée par l’ensemble des pays les plus vulnérables de la zone euro, même si l’ampleur de son plan tout comme la menace qui pèse sur son économie apparaissent nettement moindres. L’Espagne a annoncé plus de 50 milliards d’économies depuis 2010, l’Italie a adopté à la mi-août un plan de rigueur de l’ordre de 45 milliards d’euros, le Portugal et la Grèce ont pris, elles aussi, des mesures drastiques en échange du sauvetage de leurs économies par l’Union européenne et le FMI. À l’inverse, la vertueuse Allemagne vient de s’offrir le luxe de revoir à la baisse sa prévision de déficit public, à 1,5% du PIB cette année. Dans le détail et parmi la multitude de pistes évoquées, deux mesures du plan de rigueur auront valeur de symboles. Le gouvernement pourrait revenir en partie sur la défiscalisation des heures supplémentaires, emblématique du slogan «Travailler plus pour gagner plus» cher à Nicolas Sarkozy, mais seules les entreprises seraient concernées. Il s’apprête aussi à taxer les «ultra-riches».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *