Crise grecque : Mise en place des réformes d’ici fin juin

Crise grecque : Mise en place des réformes d’ici fin juin

Le gouvernement socialiste grec a remporté dans la nuit de mardi à mercredi un vote de confiance au Parlement, une victoire qui ouvre la voie à l’adoption d’un plan d’austérité, condition sine qua non pour obtenir l’aide financière du FMI et de l’UE. Plus de la moitié des 300 députés du Parlement (155 voix pour, 143 contre, deux abstentions) ont apporté leur soutien au gouvernement socialiste du Premier ministre Georges Papandréou, qui a procédé à un remaniement de gouvernement la semaine dernière pour faciliter l’adoption de nouvelles mesures d’austérité. Tous les députés du Parti socialiste au pouvoir (Pasok) ont accordé leur confiance au gouvernement. «Si nous avons peur, si nous laissons passer cette opportunité, alors l’histoire nous jugera sévèrement», avait déclaré Papandréou peu avant le vote. L’issue du vote de confiance a entraîné une brève hausse de l’euro sans toutefois dissiper les craintes des investisseurs concernant l’adoption rapide des mesures d’austérité. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a aussitôt fait part de son soulagement. «Le vote de cette nuit au Parlement grec lève un élément d’incertitude dans une situation déjà très compliquée», a-t-il déclaré, soulignant que Papandréou devait maintenant se concentrer à la mise en œuvre des réformes.
Avant le vote, Barroso avait jugé que c’était «le moment de vérité» pour Athènes. «On ne peut pas aider quelqu’un contre sa volonté», avait-il dit.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *