Croissance en Afrique du Nord : La contribution du Maroc améliorée

Croissance en Afrique du Nord :  La contribution du Maroc améliorée

Une analyse régionale adoptée pour la première fois par la BAD

La productivité agricole a profité d’une bonne saison des pluies en 2017 faisant passer la croissance à 4,1%. Cette hausse profite au Maroc à l’échelle régionale puisque le Royaume semblerait renforcer sa contribution au PIB de l’Afrique du Nord.

Des perspectives économiques positives pour l’Afrique du Nord. La croissance devrait atteindre en 2018 les 5% pour revenir à 4,6% en 2019. C’est ce que prévoit la Banque africaine de développement pour cette région de l’Afrique. La BAD qui dévoile, ce lundi à Tunis, son premier rapport sur les perspectives de l’Afrique du Nord, attribue ce redressement économique non seulement à la consommation privée et publique mais également au secteur réel dont les nouvelles branches, telles que l’électronique et la mécaniques présentent une forte valeur ajoutée. A travers ce diagnostic, la BAD met à profit son expérience et donne plus de profondeur, d’analyse et de pertinence à la publication relative aux perspectives économiques du continent africain rendue publique depuis quelques semaines. «Les perspectives économiques en Afrique sont le fruit de recherches poussées, qui incluent la collecte de données, l’analyse et les projections. Les économistes de la banque ont redoublé d’efforts pour produire ces rapports économiques régionaux, qui enrichissent davantage les produits du savoir de la banque», peut-on relever de Shimeles Abebe, directeur par intérim chargé de la Politique macroéconomique, des prévisions et de la recherche à la banque.

Une croissance supérieure à la moyenne

Bien que les conclusions du rapport dédié à l’Afrique du Nord soient jusque-là sous embargo, la BAD a choisi de donner un avant-goût de cette approche régionale. Principal enseignement à tirer : l’Afrique du Nord s’érige au 2ème rang des régions d’Afrique les plus performantes. L’analyse qui passe en revue les spécificités de 6 pays de la région dont le Maroc fait ressortir une croissance de 4,9% du PIB réel de l’Afrique du Nord. Un indicateur en hausse de 3,3% par rapport à 2016. «Cette performance économique est d’ailleurs supérieure à la moyenne affichée par le continent dans son ensemble (3,6%) plaçant la région de l’Afrique du Nord juste après l’Afrique de l’Est (5,9%)», peut-on déduire de la Banque africaine de développement. La progression relevée s’explique, entre autres, par la production de pétrole qui a atteint un niveau important cette année en Libye contribuant ainsi au rebond de son PIB à 55,1% en 2017.

L’effet Plan Maroc Vert

Si la Libye a contribué massivement à la performance économique de l’Afrique du Nord en 2017, le Maroc y a joué un rôle important. Dans son communiqué, la BAD fait référence à la reprise économique observée au Royaume en 2017. La croissance s’est en effet essoufflée en 2016 atteignant les 1,2%. L’année fut difficile sur le plan météorologique impactant ainsi le rendement du secteur primaire. Ce retard a été rapidement rattrapé du fait que la productivité agricole a profité d’une bonne saison des pluies en 2017 faisant passer la croissance à 4,1%. Cette hausse profite au Maroc à l’échelle régionale puisque le Royaume semblerait renforcer sa contribution au PIB de l’Afrique du Nord. Une amélioration qui, selon la BAD, ne pouvait se faire sans les impacts positifs du déploiement du Plan Maroc Vert. La stratégie agricole du Maroc continue à porter ses fruits. La moisson de 2017 a été dans son ensemble bonne hissant ainsi la valeur ajoutée du secteur agricole à 16,1%. La bonne orientation du Plan Maroc Vert traduit, entre autres, la pertinence des politiques engagées au Maroc qui continue avec succès sa transformation structurelle. Une transition axée sur des secteurs porteurs ainsi que sur des approches centrées objectifs garantissant ainsi un bon déploiement des stratégies mises en œuvre.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *