Culture de l’amandier à Taza: Le Plan Maroc Vert, une aubaine pour la région

Culture de l’amandier à Taza: Le Plan Maroc Vert, une aubaine  pour la région

A ce titre, la culture de l’amandier dans la localité d’Aknoul (province de Taza) n’est pas en reste. «Le Plan Maroc Vert a donné un nouvel élan à la culture locale de l’amandier et a contribué à l’amélioration des conditions de vie de nos agriculteurs et nos coopératives», a affirmé le directeur de la Direction provinciale de l’agriculture (DPA) de Taza, Abdelhafid El Garmai, dans une déclaration à la presse donnée en marge du 6ème Festival des amandes d’Aknoul (19 au 21 décembre).

Et de poursuivre : «Avant le Plan Maroc Vert, le secteur de l’amandier était caractérisé par l’absence quasi totale de toute structure pouvant défendre les intérêts des agriculteurs et favoriser le développement du secteur». Pour lui, avec l’avènement du Plan Maroc Vert, un nombre important d’organisations professionnelles a été créé dans le cadre de différents projets dont le projet Millennium Challenge Account (MCA) dans le code duquel 110.400 ménages marocains en milieu rural ont bénéficié du projet des arbres fruitiers. De plus, avec l’approche filière adoptée, une organisation professionnelle de second degré a vu le jour au niveau du cercle d’Aknoul.

Par ailleurs, le responsable a rappelé qu’au niveau de la province de Taza, en plus du projet pilote féminin (PPF), une action de valorisation des amandes a été entreprise par l’association féminine de Jbarna avec l’acquisition d’une éplucheuse concasseuse et décortiqueuse d’une capacité de 80 kg/h, et ce en collaboration avec la DPA de Taza dans le cadre du partenariat Etat-Associations. «L’intérêt porté à l’amandier découle de sa contribution à l’amélioration du revenu des agriculteurs, de la création d’emploi et de la couverture de nos besoins alimentaires en amandes», a relevé M. El Garmai. 

En chiffres, le rendement moyen en amandes sans coque enregistré au niveau de la province de Taza est de l’ordre de 0,15 t/ha alors que la production annuelle moyenne atteint 1.200 tonnes. Aussi, à l’échelon de Taza, l’amandier occupe la deuxième place parmi les espèces arboricoles plantées. Ainsi, la superficie réservée à cette culture est de 25.300 ha représentant ainsi 24% de la superficie arboricole au niveau de la province.

A noter qu’Aknoul vient de clôturer son 6ème Festival annuel des amandes initié autour du thème «L’amandier local, qualité et soutien pour l’économie nationale».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *