Dakhla : 158 certificats négatifs accordés lors du premier trimestre 2017

Dakhla : 158 certificats négatifs accordés  lors du premier trimestre 2017

Le secteur des services arrive en tête avec 58 certificats, suivi par le commerce (37 certificats), le BTP (26 certificats), le secteur de l’agriculture et de la pêche maritime (22 certificats), le tourisme (14 certificats) et l’industrie (1 certificat).

158 certificats négatifs ont été accordés par la délégation provinciale de l’industrie et du commerce de Dakhla lors des trois premiers mois de l’année en cours. La répartition de ces 158 certificats négatifs accordés par nature juridique montre la domination des Sociétés à responsabilité limitée (141 certificats négatifs), suivies par les Sociétés à nom collectif (11 certificats), les Sociétés des personnes physiques (5 certificats), et les Groupes d’intérêt économique (1 certificat). Alors que pour la répartition de certificats par secteur d’activité, le secteur des services arrive en tête avec 58 certificats, suivi par le commerce (37 certificats), le BTP (26 certificats), le secteur de l’agriculture et de la pêche maritime (22 certificats), le tourisme (14 certificats) et l’industrie (1 certificat). De par sa situation historique et géographique à l’extrême sud du Maroc, une position stratégique au sud du pays, la région de Dakhla-Oued Eddahab constitue le seul pont existant sur le territoire marocain entre la Mauritanie et le reste du Royaume tant au niveau terrestre que maritime, ce qui la prédispose à un ancrage continental important à plusieurs dimensions :
atlantique, africaine et européenne.

La région de Dakhla-Oued Eddahab dispose d’énormes potentialités, notamment halieutiques, estimées à 3 millions de tonnes/an que recèle une longue façade maritime (Atlantique et baie) de près de 740 km comportant 2 ports et de nombreux points de débarquement pour les produits de la pêche artisanale (Ntireft, Labouirda, Aïn Baida, Lassarga, Immotlane et Lamhiri). Elle a également, une vocation agricole prononcée, marquée par des périmètres irrigués, conjugués à un potentiel foncier domanial et une nappe souterraine abondante.

Les périmètres irrigués d’Oued Eddahab destinés essentiellement à la production de primeurs sous serres constituent un exemple concret de la réussite des efforts de mise en valeur agricole des terres sahariennes. Ces périmètres ont vu le jour grâce aux différents programmes et actions initiés pour encourager la réalisation d’aménagements hydro-agricoles où sont pratiquées des cultures hors sols, à même de relever le défi de la compétitivité et favoriser la création de nouvelles opportunités d’emploi et d’investissement à haute valeur ajoutée.

L’activité industrielle à Dakhla demeure encore peu développée. Elle reste dominée par l’industrie de transformation des produits de la pêche, en particulier la congélation des céphalopodes. En effet, la vocation maritime de la région offre des opportunités de développement liées au secteur de pêche, en tant que premier pourvoyeur de richesse et créateur de postes d’emplois.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *