Dakhla : Le nouveau port de Mhiriz opérationnel à l’été 2018

Dakhla : Le nouveau port de Mhiriz opérationnel à l’été 2018

Cette infrastructure promet de meilleures conditions de travail et de compétitivité

Ce nouveau port sera destiné tant à l’accueil des trafics de la pêche associés à la nouvelle zone franche, que tous les trafics «commerciaux» liés à la pêche, et aussi à l’hinterland de Dakhla.

Les conditions de travail des marins-pêcheurs de la région de Dakhla vont nettement s’améliorer avec la mise en service d’une nouvelle infrastructure, en l’occurrence le nouveau port de Mhiriz. Situé au sud de la ville de Dakhla et d’un coût de 200 millions DH, il sera opérationnel d’ici le début de l’été 2018 et promet de meilleures conditions de travail et de compétitivité.
Les travaux de gros œuvres sont presque terminés au niveau de ce chantier lancé il y a un an, et qui va changer les méthodes de travail anarchique des pêcheurs. Ainsi, les armateurs de canots de la pêche artisanale pourront bénéficier d’équipements performants et d’espaces industriels qui leur permettront d’exercer leur métier de manière professionnelle et surtout organisée. Il y aura aussi des unités de congélation de poisson qui vont créer une centaine d’emplois.
Ce port s’inscrit dans le cadre de la stratégie portuaire nationale qui prévoit également un projet structurant et ambitieux pour la région de Dakhla-Oued Eddahab, à savoir le chantier Dakhla Atlantique, qui sera un port en eau profonde extérieur à la baie et qui pourra satisfaire les trafics futurs liés aux produits de la pêche et à l’exploitation des petits pélagiques du stock C. Il servira également d’outil logistique et économique pour faciliter la structuration économique et sociale du sud du Royaume. Ce nouveau port sera destiné tant à l’accueil des trafics de la pêche associés à la nouvelle zone franche, que tous les trafics «commerciaux» liés à la pêche, et aussi à l’hinterland de Dakhla.
Dakhla Atlantique qui fait partie du nouveau modèle de développement des provinces du Sud lancé par Sa Majesté le Roi, aura ainsi des dessertes par navires porte-conteneurs avec des relations avec les grands ports majeurs de la région :
Casablanca, Tanger Med, Las Palmas… En effet, les volumes de production issus de la pêche (ou dans une moindre mesure de l’agriculture irriguée) destinés à l’exportation seront à un niveau suffisamment important pour déclencher le positionnement de lignes régulières comme on l’observe par exemple aujourd’hui sur le port d’Agadir, mais aussi depuis déjà plusieurs années sur le port de Nouadhibou avec un fort développement des conteneurs reefers. Selon la stratégie portuaire, ces relations commerciales permettront également d’approvisionner l’économie régionale en intrants industriels, énergétiques et en biens de consommation. Enfin, suivant les richesses naturelles qui seront exploitées dans la région (maritimes, minières…), le port de Dakhla Atlantique pourra compléter son offre par des terminaux spécialisés si nécessaire.
Deux sites potentiels pouvant abriter le port «Dakhla Atlantique» sont identifiés aujourd’hui, à savoir la baie de Cabello et la baie de Cintra et nécessitent des études complémentaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *