Dakhla: Plus de 363 certificats négatifs accordés

Dakhla: Plus de 363 certificats négatifs accordés

La répartition des certificats par secteur d’activité place l’agriculture et la pêche maritime en tête de liste avec 166 certificats, suivies des services (108), commerce (47), BTP (25), 14 pour le tourisme, et 3 pour le secteur industriel.

Quelque 363 certificats négatifs ont été délivrés à fin mai 2016 par la Délégation provinciale de l’industrie et du commerce de Dakhla pour la création d’entreprises dans la région de Dakhla-Oued Eddahab, contre 146 certificats durant la même période de l’année précédente, soit une hausse de 59,77%.
La ventilation des certificats par nature juridique fait sortir une prédominance des sociétés à responsabilité limitée (175), puis les sociétés au nom collectif (169), suivies des sociétés des personnes physiques (18), et un certificat à un Groupe d’intérêt économique.
La répartition des certificats par secteur d’activité place l’agriculture et la pêche maritime en tête de liste avec 166 certificats, suivies des services (108), commerce (47), BTP (25), 14 pour le tourisme, et 3 pour le secteur industriel.

La région de Dakhla-Oued Eddahab suscite de plus en plus l’intérêt des investisseurs marocains et étrangers. Cette dernière dispose de multiples opportunités d’investissement dans plusieurs secteurs d’activités économiques en raison de sa situation géographique et des facilités d’investissement qu’elle propose. Elle offre une plate-forme d’accueil appropriée aux projets industriels et dispose d’infrastructures portuaires, aéroportuaires et routières qui lui permettent de consolider son attractivité en matière d’investissement.

La région attend avec impatience le démarrage du projet de la zone franche d’exportation dont un décret avait été promulgué en 2010. La première tranche de ce projet porte sur 13 hectares. Son aménagement ne nécessitera pas moins de 130 millions DH.

Cette région est dotée d’une zone industrielle de 27 hectares, comprenant plus de 320 lots. Baptisée Assalam, cette zone est équipée à plus de 95%, permettant ainsi de créer une dynamique économique autour des industries agroalimentaires (produits de la mer notamment).
Cette région jouit, en effet, d’une position stratégique exceptionnelle. Elle pourrait servir de liaison entre l’Europe (îles Canaries) et l’Afrique subsaharienne. En tant que chef-lieu de la région, Dakhla peut devenir une plaque tournante sur les plans économique et commercial. Pour y arriver, de grands chantiers de désenclavement sont programmés dans la région. Il s’agit de la réalisation d’une voie expresse, aux normes internationales, devant relier les villes de Tiznit, Laâyoune et Dakhla et la construction du grand port Atlantique de Dakhla.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *