février 27, 2017

Dakhla : Progression de 8% du trafic portuaire global

Dakhla : Progression de 8% du trafic portuaire global

Elle est notamment due à la hausse du débarquement du poisson pélagique frais

Les débarquements de la pêche côtière ont atteint 174 mille tonnes dont 12.340 tonnes pour la pêche hauturière.

Le trafic portuaire global s’est élevé en 2016 au niveau du port de Dakhla à plus d’un million de tonnes, marquant ainsi une augmentation de 8% par rapport à une année auparavant.

L’activité principale du port de Dakhla gravite autour de l’exploitation des ressources halieutiques et l’import des hydrocarbures de la région et des opérations spot de bateaux de croisières. Ainsi, selon les derniers chiffres communiqués par la direction du port de Dakhla, cette progression s’explique notamment par la hausse du débarquement du poisson pélagique frais qui a atteint en 2016 un volume de 436 mille tonnes, ce qui représente une amélioration de 17% par rapport à l’exercice 2015.

Les débarquements de la pêche côtière ont atteint 174 mille tonnes dont 12.340 tonnes pour la pêche hauturière. Le trafic hydrocarbure à l’import a dépassé les 222 mille tonnes, dédié principalement aux besoins de la flotte de pêche et en second rang à la consommation urbaine.

Le trafic de poisson congelé exporté en mode conteneur et en mode conventionnel a atteint 160 mille tonnes. Tandis que 18 mille tonnes ont été exportées via la ligne maritime lancée par la compagnie CMA CGM au mois de juillet dernier. Plus de 584 passagers ont transité par ce port durant la même période.

La région de Dakhla-Oued Eddahab recèle un potentiel halieutique, elle abrite un complexe portuaire composé de deux ports implantés dans la baie Oued Eddahab, dont l’ancien port transformé en port militaire et le nouveau port îlot mis en service en 2001. Ce dernier a vu son activité s’orienter vers une spécialisation en pélagiques.

La partie terrestre du nouveau port de Dakhla offre une zone industrielle de 270 ha, dont environ 60 ha aménagés pour diverses activités : industries de transformation, entrepôts de stockage, zone administrative, et une zone de 13 ha dans la partie viabilisée pour la zone franche d’exportation.

A rappeler que cette région sera dotée d’une nouvelle infrastructure portuaire, en l’occurrence Dakhla Atlantique, et qui figure parmi les grands projets de la stratégie portuaire 2030. Le port sera installé en eau profonde extérieur à la baie qui pourra satisfaire les trafics futurs liés aux produits de la pêche et à l’exploitation des petits pélagiques du stock C (Boujdour-Lagouira). Il servira d’outil logistique et économique pour faciliter la structuration économique et sociale du sud du Royaume.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *