Débat à Boujdour sur les ressources hydriques: Les provinces du Sud et la gestion de l’eau

Débat à Boujdour sur les ressources hydriques: Les provinces du Sud  et la gestion de l’eau

La ministre déléguée auprès du ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement, chargée de l’eau, Charafat Afilal, a présidé lundi à Boujdour la première session du conseil d’administration de l’agence du bassin hydraulique de Sakia El-Hamra et Oued Eddahab au titre de l’année 2014.

Cette réunion a principalement été consacrée à la présentation et à l’examen du bilan des réalisations au titre de l’exercice 2013, ainsi que de la situation hydrologique et du programme de gestion des ressources en eau pour la campagne 2014-2015. Le débat a porté sur les réalisations et les efforts menés par l’Agence du bassin hydraulique de Sakia El-Hamra et Oued Eddahab en vue de répondre aux besoins d’eau et d’accompagner les grands chantiers de développement lancés dans les provinces du sud du Royaume.

Par ailleurs, le conseil d’administration a été l’occasion pour discuter des différents défis qu’affronte le bassin, notamment la demande accrue, la surexploitation des ressources hydriques souterraines. À ce sujet, Mme Afilal n’a pas manqué de rappeler que la mobilisation de ressources hydriques supplémentaires dans les provinces du Sud constitue un enjeu majeur pour favoriser l’accompagnement des investissements dans la région.

La ministre a expliqué que parmi les enjeux majeurs qui se posent actuellement, figure l’accompagnement de l’essor économique et du développement tous azimuts que connaissent les provinces du sud du Royaume, en vue de mobiliser des ressources hydriques supplémentaires pour répondre aux besoins qui vont crescendo de cette denrée rare et accompagner les investissements dans la région.

«Les provinces du Sud se caractérisent par la rareté de l’eau parce que ce sont des zones enregistrant des précipitations faibles, voire nulles durant toute l’année. L’enjeu consiste à valoriser les ressources hydriques dont dispose la région, dont l’utilisation doit être rationnée pour répondre aux besoins d’eau potable, favoriser le développement de l’activité agricole et réaliser des investissements colossaux», souligne-t-elle.

Et d’ajouter que l’Etat a consenti d’importants investissements dans cette région dans le but de réaliser notamment des projets structurants visant à répondre aux besoins d’eau à travers la création de stations de dessalement de l’eau de mer et la construction de barrages pour soutenir l’activité pastorale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *