Décollage du monde rural : 1 million d’hectares mobilisé au profit des petits agriculteurs

Décollage du monde rural : 1 million d’hectares mobilisé au profit des petits agriculteurs

Le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts le reconfirme. Un million d’hectares sera distribué au profit des petits agriculteurs dans le but d’assurer le décollage du monde rural.

L’annonce faite par Aziz Akhannouch en marge de l’ouverture de la 11ème édition du Salon du cheval vient rappeler les hautes orientations royales prônées dans le discours prononcé, vendredi dernier, par Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle session parlementaire d’automne.

Le Souverain a accordé à cette occasion un intérêt particulier à l’agriculture partageant ainsi l’ambition de voir émerger une classe moyenne rurale. Un projet qui permettra à la relève agricole d’investir dans ce secteur à forte valeur ajoutée. L’idée étant de permettre aux ayants droit de devenir propriétaires de terres agricoles, notamment les terres appartenant aux collectivités ethniques. Tel qu’il été souligné dans le discours royal, «la mobilisation de ces terres constitue un levier fort pour améliorer globalement le niveau de vie socio-économique particulièrement des ayants droit». Selon Aziz Akhannouch, les agriculteurs concernés seront appelés à optimiser l’exploitation de ces terres en tirant parti du soutien de l’État.

Le décollage du monde  rural  renforcera également le rôle de l’agriculture en tant que principal pourvoyeur d’emplois au Maroc. La communauté des 4 millions de personnes qui y opèrent actuellement devrait rapidement s’élargir et ce grâce aux initiatives qui seront déployées dans l’avenir. Le ministre de tutelle a réitéré l’engagement de son département ainsi que de l’ensemble des acteurs du secteur agricole à contribuer à la réalisation et la réussite de ce projet royal. L’état s’engage ainsi à accompagner les jeunes agriculteurs en leur assurant tous les moyens nécessaires pour la réalisation de leurs projets. 

Au-delà du soutien financier, la formation professionnelle reste l’enjeu principal pour l’émergence d’une classe moyenne rurale. Un impératif qui pérenniserait le succès de ce grand projet promu par le Souverain. Rappelons que dans le discours inaugural de la session parlementaire d’automne, SM le Roi a appelé à une consolidation des acquis réalisés dans le domaine agricole et à la création de nouvelles activités génératrices d’emplois et de revenus, notamment en faveur des jeunes en milieu rural. «Le secteur agricole peut être un pourvoyeur d’emplois plus performant et un instrument plus efficace pour assurer les meilleures conditions de vie et d’établissement en milieu rural», peut-on lire dans le discours royal. La classe moyenne agricole doit, selon la Haute orientation royale, exercer sa double vocation de facteur d’équilibre et de levier de développement socio-économique à l’image de la classe moyenne urbaine et du rôle clé qui lui est dévolu. Le Souverain a, par ailleurs, ordonné au gouvernement de mettre au point des dispositifs innovants propres à inciter les agriculteurs à adhérer davantage à des coopératives et groupements agricoles productifs et à suivre des formations en matière agricole. Des opportunités d’emplois qui ne peuvent que renforcer davantage l’attachement des jeunes à la valorisation de leurs terres et à la préservation de leur vocation agricole. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *