Dématérialisation du dédouanement: Le paiement en ligne ne séduit pas

Dématérialisation du dédouanement: Le paiement en ligne ne séduit pas

Payer ses droits et taxes de douane n’est toujours pas un réflexe automatique chez les opérateurs économiques marocains. Aujourd’hui, près de six mois après le lancement de son système innovant de paiement électronique par carte bancaire, l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) n’a toujours pas atteint ses objectifs de dématérialisation des paiements. C’est ainsi que sur la première moitié du mois de janvier, seulement 240 opérations de paiement en ligne ont été enregistrées. Un chiffre qui ne correspond même pas à la moitié des opérations/jour réalisées par un seul receveur.

L’ADII multiplie ses efforts de sensibilisation

Engagée dans la voie du dédouanement électronique total qui consiste en la dématérialisation de l’ensemble des étapes du circuit de dédouanement, l’ADII ne ménage pas ses efforts de sensibilisation afin de vulgariser le paiement électronique auprès des opérateurs. C’est ainsi que depuis deux semaines, des séances de travail hebdomadaires (tous les mardis) ont été fixées pour initier les transitaires, importateurs, exportateurs, transporteurs et exploitants de magasins et aires de dédouanement à la rapidité et à la simplicité de l’opération. «Nous ne ménageons aucun effort pour mener à bon port notre objectif final de dématérialiser toute la procédure de dédouanement», explique-t-on auprès de l’ADII. Et de poursuivre : «Ainsi, conscients de l’importance de la réussite de l’étape du paiement en ligne dans la réalisation de cet ultime objectif, nous nous sommes engagés auprès des différentes associations professionnelles du secteur pour tenir des séances de travail hebdomadaire à leur bénéfice, en plus de promouvoir le paiement électronique à travers une petite bannière qui apparaît automatiquement sur notre Base automatisée des douanes en réseau (BADR), à chaque consultation».

Qu’est-ce qui bloque ?

«Nous espérons sérieusement atteindre un quota de 100% de paiement en ligne, mais cela prendra du temps», affirme-t-on au sein de  l’ADII. Et d’expliquer : «Il n’est pas facile de changer les habitudes et les usages des gens par la simple mise en service d’un nouveau mode de paiement. Il faut en parallèle faire un grand effort pour expliquer les particularités et les avantages du nouveau système, l’adapter et l’affiner pour répondre au mieux aux particularités du terrain et surtout d’être à l’écoute des déclarants». Ainsi, si l’ADII est engagée à parvenir à la vulgarisation du paiement en ligne, elle sait pertinemment que les efforts à engager dans ce sens doivent être focalisés sur la sensibilisation.

Paiement en ligne : Des avantages…

Selon l’ADII, ce service innovant se veut simple et rapide. Il suffit, en effet, de se connecter via Internet au système «BADR» et de procéder à la sélection des créances douanières à régler. Une fois l’opération effectuée, un reçu de paiement et une quittance douanière sont envoyés par courriel à l’opérateur économique. Une procédure qui offre un gain considérable de temps et de frais de déplacement si l’on considère les importantes files d’attente dans les agences de perception.

En quoi consiste le paiement en ligne ?

Réalisé en concertation avec la Trésorerie générale du Royaume (TGR), le système de paiement électronique par carte bancaire de l’Administration des douanes et impôts indirects a été mis en service en août 2015. Ce service offre la possibilité aux opérateurs économiques accédant au système de dédouanement en ligne «BADR», d’acquitter à distance, via Internet, le montant des droits et taxes dont ils sont redevables. Basé sur les technologies de l’échange de données informatisées mettant en relation la douane, la banque, l’entreprise redevable et l’opérateur du réseau à valeur ajoutée-global network systems ce service permet d’acquitter les droits et taxes douaniers selon un procédé informatique simple, rapide et entièrement sécurisé. En effet, les différents documents nécessaires pour régler une créance douanière peuvent être échangés, par le biais de ce processus, entre les différentes parties impliquées dans une opération de dédouanement. Il permet ainsi de bénéficier de :

• Un circuit de dédouanement allégé : une réduction notable des démarches administratives et du nombre de documents exigibles lors de l’accomplissement de vos formalités douanières.
• Un traitement rapide des opérations : un dédouanement et un retrait des marchandises dans les meilleurs délais
• Des échanges sécurisés : un processus entièrement maîtrisé et un système d’échange de données hautement protégé par signature électronique
• Des possibilités d’interfaçage avec le système d’information de l’entreprise : une réduction sensible des erreurs de saisie et des gains de productivité appréciables.
 

Paiement en ligne : Mode d’emploi !


 

Les opérateurs qui souhaitent acquitter à distance, via Internet, le montant des droits et taxes dont ils sont redevables, doivent accéder au système «BADR» et procéder à la sélection des créances à régler. Une fois l’opération confirmée, un reçu de paiement est envoyé par mail à l’adresse de messagerie de l’opérateur. Le paiement sera comptabilisé dès la réception de l’avis du débit du compte bancaire. Par la suite, une quittance douanière générée automatiquement par le système est envoyée par mail à la même adresse de messagerie. Une technique qui obéit aux mêmes règles de tout paiement en ligne. A noter que les services de la douane ont élaboré un guide disponible sur le site web de l’administration. Le guide en question explique le mode opératoire en plus d’une description détaillée des services de consultation des opérations de paiement effectuées via ce nouveau canal. La procédure du paiement électronique y est expliquée étape par étape.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *