Dépenses d’investissement public en 2016: Les régions raflent 29,5% des parts

Dépenses d’investissement public en 2016: Les régions raflent 29,5% des parts

Six régions ont enregistré un niveau d’investissement en pourcentage du PIB supérieur à la moyenne nationale entre 2014 et 2016.

La dynamique d’investissement public bat son plein dans les 12 régions du Maroc.  Une croissance significative a été relevée au niveau national démontrant la pertinence des efforts engagés en vue de faire des régions marocaines des pôles de compétitivité et de création de richesse. Selon une note relative à la répartition régionale de l’investissement, l’investissement public grimperait de 13,6% sur la période 2011-2017.

Ainsi le montant passe en six ans de 167,3 milliards DH à 190 milliards de dirhams. Pour la même période, les crédits d’investissement se sont consolidés de 9,7 milliards de dirhams. La progression affichée est de 18%, soit des crédits de l’ordre de 63,6 milliards DH au titre du budget 2017 contre 53,9 milliards DH en 2011.  Au niveau régional, l’investissement public est soutenu par 170 entreprises régionales dont 141 établissements publics, 10 entreprises à participation directe du Trésor et 19 entreprises relevant des collectivités territoriales. Sur les deux dernières années, les dépenses d’investissement de budget général  se sont accrues de 0,4 point. Elles sont ainsi passées de 3,5% en 2014 à 3,9% du PIB en 2016. La part de ces dépenses affectées aux régions représente, en 2016, 29,5% du total des investissements du budget général.

Dans la note accompagnant le projet de loi de Finances 2017, six régions ont enregistré un niveau d’investissement en pourcentage du PIB supérieur à la moyenne nationale. Citons en premier la région de Dakhla-Oued Eddahab qui a affiché un taux de 2,8%. Ladite région a par ailleurs réalisé la meilleure performance sur les deux dernières années gagnant 1,1 point sur la période 2014-2016. Parmi les six régions qui se sont distinguées, on relève Tanger-Tétouan-Al Houceima (2,1%), Drâa-Tafilalet (1,9%), Marrakech- Safi 1,8%, Fès-Meknès (1,6%) et l’oriental (1,3%). L’année budgétaire 2017 connaîtra ainsi la consolidation des parts des régions dans l’investissement public.  Dans une optique de régionalisation avancée, un nouveau modèle est pensé pour les provinces du Sud. Un dispositif qui placera les provinces du Sud en tant que «passerelle régionale, hub économique africain et lien avec l’Europe». Plusieurs axes ont été définis dans ce sens en vue de créer dans les provinces du Sud une dynamique socioéconomique et assurer un développement territorial intégré.

zoom-sur-les-principaux-projets-prevus-dans-les-provinces-du-sud

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *