Des indicateurs en vert pour la BCP

Le flux des communiquées et des présentations des résultats 2001 des établissements banquiers n’est qu’à ses débuts. Après la BCM et la BMCI, c’est au tour de la Banque Centrale Populaire (BCP) de dévoiler ses comptes au titre de l’exercice 2001. Le Conseil d’administration de l’institution s’est d’ailleurs réuni le 25 mars pour étudier les rapports d’activité et adopter les comptes.
A la lecture des résultats de la «banque du peuple», il en ressort que les ressources globales du groupe se sont établies à 67894 MDH, soit une hausse de 10,6%. La Direction de la banque avance que l’additionnel enregistré (6482 MDH) a assuré le maintient du leadership sur le marché de l’épargne. La BCP revendique une part de 28,8%. La banque précise que cette part s’entend hors ex-OFS.
Concernant les crédits à l’économie, le groupe a réalisé une progression de 8,8% par rapport à 2000 pour atteindre 29994 MDH en 2001. Encore une fois, l’établissement estime qu’à travers cette hausse, il a pu conforter sa position de leader dans la distribution des crédits à l’économie. Sa part se situe aujourd’hui à 20,1% contre 19,4% en 2000.
La Banque Populaire a également affiché un bon résultat au niveau du Produit Net bancaire. Ce dernier est passé de 3479 MDH en 2000 à 4092 MD en 2001, soit une évolution de 17,6%. La bonne performance a été au rendez-vous pour le résultat net du groupe. A ce propos, la banque soutient que malgré les efforts consentis en matière de dotations aux provisions pour créances en souffrance qui se sont accrues de 46%, le résultat net a augmenté de 33,3%. Le résulta courant de l’institution bancaire s’est établi à 277 MDH.
La communication des résultats de la BCP intervient à un moment bien particulier de la vie de cette vieille institution. Celle-ci commence à récolter les fruits du programme de réforme visant plusieurs chantiers. Il faut reconnaître que plusieurs acquis ont été réalisés.
On notera ainsi, la transformation de la banque en société anonyme à capital fixe, l’achèvement du processus d’évaluation de l’institution, la mise en place de plusieurs textes juridiques (statut-type des banques populaires régionales et le règlement intérieur du comité directeur), l’adoption des règlements intérieurs fixant les rapports entre la BCP et les banques régionales particulièrement ceux liés à la gestion de la trésorerie excédentaire de ces banques et aux services d’intérêt commun et aux engagements.
Au chapitre des réalisations, on retiendra aussi l’achèvement du processus de normalisation portant entre autres sur la norme budgétaire et du règlement des dépenses auxquels il faut ajouter les nouvelles conditions de passation des marchés.
A l’occasion de la présentation des résultats, la BCP n’a pas omis de faire allusion au plan de développement 2002-2005. A en juger par les propos de la direction, il existe une totale adoption de la culture de planification stratégique et opérationnelle par toutes les entités du groupe. Des mécanismes ont été mis en place pour assurer l’évaluation et assurer la réactivalisation, soulignent les responsables de la banque.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *