Des investissements en hausse de 69% à fin 2012 : Casablanca a le vent en poupe

Des investissements en hausse de 69% à fin 2012 : Casablanca a le vent en poupe

Casablanca vibre au rythme des investissements. La métropole a vu le volume de ses investissements s’accroître de 69%. Une évolution confirmée par Hamid Benlafdil, directeur général du Centre régional d’investissement (CRI) de Casablanca. En dépit du contexte crucial par lequel passe la sphère économique, Casablanca accompagne toujours la demande des industriels en présentant une offre foncière accessible et un traitement différencié en termes d’autorisations. Trois piliers rentrent en ligne de compte : la stratégie de développement économique de la ville, la taille des investissements publics réalisés au niveau de la région ainsi que la paix sociale. Ainsi, 497 projets d’investissement d’un total de 44 milliards de dirhams ont été instruits par le CRI. Seuls 180 projets ont été agréés portant le chiffre global de l’investissement à 24,5 milliards de dirhams contre 14 milliards engagés une année auparavant.
De ce fait le nombre des postes créés a grimpé de 22%, soit un total de 49.070 nouveaux emplois créés. Par répartition sectorielle, le BTP reste prédominant avec un total de 10 milliards de dirhams d’investissement engagés pour 73 projets agréés. Le secteur des services a été présent par 61 projets contribuant à la création de 7.286 nouveaux emplois.
Le secteur touristique a vu son chiffre d’investissement progresser de 354%, soit un total de 5.107 millions de dirhams contre 1443,27 millions de dirhams à fin 2011. Le nombre des projets a bondi de 111% promettant la création de 420 postes d’emploi. Représentant une part de marché de 22%, le boom des investissements touristiques est expliqué par la place qu’occupe Casablanca dans le déploiement de la vision touristique tracée à l’horizon 2020.
L’un des investissements emblématiques de l’année 2012 est celui de la Zone franche de Nouaceur où Bombardier Aerospace a totalisé un investissement de 1,66 milliard de dirhams créant ainsi 4.250 emplois dont 850 indirects. Par ailleurs, la répartition par type d’intervention par montant d’investissement démontre que les demandes de dérogation occupent la première position avec un ratio de 65%, soit 160 projets agréés et dont le montant d’investissement se chiffre à 16 milliards de dirhams. Les conventions occupent 29% des projets retenus, au moment où les demandes à vocation non agricole ne représentent que 5% contre 1% des demandes des terrains domaniaux.
Notons que le délai moyen de la création d’entreprises a été réduit au titre de l’année 2012.
Il est passé de 6,1 jours à 4,9 pour ladite année, et ce grâce à la mise en place du guichet d’aide aux investisseurs.
Ce dernier se veut comme un interlocuteur unique pour les investisseurs, un outil d’accompagnement des projets partant de leur conception jusqu’à leur réalisation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *