Des Marocains en quête d’exotisme

Des Marocains en quête d’exotisme

Se dorer sur les belles plages de la Mer Rouge, contempler le coucher du soleil sur le Bosphore, ou tout simplement flâner dans les marchés populaires de Bangkok. Des plaisirs que les Marocains peuvent s’offrir de plus en plus pour leurs vacances d’été. Exotisme garanti, et à moins de dix mille dirhams pour la plupart de ces destinations. S’offrir une quinzaine de jours au pied des Pyramides revient par exemple à moins de 9000 dirhams en chambre double et en demi-pension. Et c’est essentiellement pour cette raison que le pays des Pharaons demeure la destination la plus prisée par les Marocains. L’attrait de ce pays s’explique également par plusieurs raisons. « La visite des monuments pharaoniques et les croisières sur le Nil constituent l’essentiel des offres des agences de voyage », explique Hanane Ouadi, agent de tourisme à l’agence Leicester Tours. A titre d’exemple, cette agence, pour le seul été 2003, a programmé une dizaine de voyages, soit une moyenne d’un groupe par semaine. Plusieurs packages sont proposés. Le moins cher coûte 7500 dirhams et comporte un circuit d’une dizaine de jours à travers trois villes, à savoir le Caire, Alexandrie et Hurghada, célèbre station balnéaire sur la Mer Rouge. Les croisières sur le Nil sont un plus que beaucoup d’agences n’hésitent pas à ajouter à leurs offres. Et pour cause, elles permettent la visite des vestiges pharaoniques de Luxor et Aswan, notamment la Vallée des Rois, l’une des plus grandes merveilles de l’ancienne Egypte. Et le cadre n’en est pas moins merveilleux puisque toutes ces croisières pratiquement s’effectuent à bord de bateaux 5 étoiles. Un séjour balnéaire, à Sharm El Cheikh ou à Hurghada fait également partie de ce circuit. Et le tout à moins de 10.000 dirhams par personne. Méditerranéens avant tout, plusieurs Marocains préfèrent ne pas quitter cette zone géographique. « La diversité qu’offre cette région à 100 % touristique les attire de plus en plus. Ils s’y sentent également plus en sécurité. L’atmosphère, le climat, les différentes cultures, les habitants leur sont également plus familiers », précise un agent de tourisme. Espagne, Italie, Grèce, Turquie, Tunisie. Les personnes intéressées n’ont que l’embarras du choix. Quand au prix, les variations sont peu, ou, pas significatives. Si pour la plupart, la péninsule Ibérique demeure une destination de prédilection en raison de son prix abordable, sa proximité géographique et l’importance de son offre touristique, d’autres partent essentiellement à la recherche de plus d’exotisme. Pour cela, ils font cap sur l’Est de la Méditerranée. 8500 dirhams en moyenne suffisent pour une virée de sept jours à Rome, Florence et Venise. Pour sa part, la destination Grèce demeure plus chère. Un séjour d’une semaine comprenant une petite croisière sur la mer Egée coûterait quelque 10.000 dirhams. Mais la plupart de nos concitoyens, dissuadés par les conditions de plus en plus difficiles d’octroi de visa Schengen, choisissent la Turquie. Les offres qui connaissent le plus d’engouement à ce sujet sont des voyages combinés avec d’autres pays, notamment la Tunisie, l’Egypte ou encore la Syrie. Une dizaine de jours pourrait coûter alors entre 10.000 et 11.000 dirhams par personne. « Mais ceux qui peuvent se permettre de payer quelques milliers de dirhams de plus n’hésitent pas devant l’attrait de destinations aussi exotiques que la Thaïlande, le Brésil, ou Bali », estime l’agent de tourisme. Même l’épidémie de pneumonie atypique qui a sévi ces derniers mois en Asie du Sud-Est ne les a pas dissuadés. C’est que les offres sont très alléchantes. En juillet par exemple, plusieurs agences de voyages proposaient un séjour de 15 jours de Thaïlande à …. 8000 dirhams. Un prix qui atteint cependant les 12.000 dirhams en août. Haute saison oblige. Les temples et monuments bouddhistes, les fameux marchés flottants de Bangkok, les randonnées dans la luxuriante forêt du nord du pays ne sont désormais plus un luxe. Cependant, d’autres destinations demeurent tellement chères que les agences les proposent à la carte. Chacun a alors la liberté totale de composer son propre package comprenant les frais de transport et d’hébergement. Le prix n’en fait qu’augmenter bien évidemment. C’est le cas notamment pour l’Amérique Latine et les différentes îles du Pacifique ou de l’Océan Indien entre autres. Des destinations comme le Brésil ou le Mexique par exemple reviendraient à 18.000 dirhams par personne pour une dizaine de jours à Rio de Janeiro ou à Cancun. Une semaine aux Seychelles ou aux îles Maldives coûterait à peu près la même chose. Véritable phénomène de mode, partir en voyage ne permet pas seulement de découvrir d’autres pays et cultures tout en s’éloignant d’un stress au quotidien devenu pesant. C’est aussi le seul moyen de se saisir du chemin à parcourir pour notre tourisme pour qu’il soit plus compétitif et plus attrayant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *