Des mesures pour un retour à la normale

L’ANP et la Douane estiment que les dernières perturbations qu’a connues le port de Casablanca sont dues à un débarquement intensif des conteneurs. «L’évolution spectaculaire des boîtes débarquées au port de Casablanca ces derniers mois a été à l’origine de perturbations enregistrées dans le processus de transit du trafic des conteneurs», souligne un communiqué conjoint de l’Agence nationale des ports et de la direction régionale des douanes à Casa-port.
Les deux parties citent plusieurs autres facteurs comme principale cause de cette perturbation. Il s’agit de la baisse du rythme de l’enlèvement des conteneurs qui est à imputer à la coïncidence de l’arrivée des conteneurs avec la fermeture des certaines unités de production pour congé annuel. La hausse anormale du délai de séjour des conteneurs au port qui a atteint 12 jours à fin juillet, soit une hausse de 23% fait également partie de ces facteurs. Cette hausse, explique le communiqué, est le résultat du comportement de certains professionnels qui «ont tendance à utiliser le port comme lieu de stockage». Ce qui a eu pour effet de ralentir la cadence de la manutention. Cette situation serait due, en outre, à l’arrivée massive des porte-conteneurs et le profond changement de caractéristique de ces unités. Les navires qui mouillent au port présentent une capacité de 830 EVP à fin juillet, soit une hausse de 20% par rapport à la même période de l’année dernière.
Pour remédier à la situation, une série de mesures ont été prises. Dans l’immédiat, il s’agit de prolonger l’horaire du travail des administrations concernées, d’ouvrir les dépôts de conteneurs extra-portuaires jusqu’à 23h00, d’accélérer le rythme de sortie des conteneurs et de sensibiliser les importateurs et les exportateurs pour le retrait de leur marchandise en vue de réduire le délai de séjour et dégager l’espace dans l’enceinte du port.  D’autres mesures ont également été prévues. Il est question notamment de recenser les conteneurs en souffrance et les évacuer vers d’autres zones et de mettre à la disposition de l’ANP un terre-plein additionnel de 10 ha pour le stockage des conteneurs.
À long terme, les deux parties envisagent l’introduction de nouvelles pratiques comme le système de fenêtrage pour les navires porte-conteneurs. Il est en outre question de l’activation du processus de transformation du centre logistique de l’ONCF situé à proximité du port en zone sous douane (port sec). Par ailleurs et en prévision d’un débarquement massif des céréales (le Maroc s’apprête à importer un volume exceptionnel de 6 millions de tonnes de blé), des concertations avec les importateurs ont été initiées. Le comité de coordination comprenant l’ANP et les opérateurs sera réactivé et une procédure d’accueil et de traitement des navires céréaliers sera élaborée.
L’ANP tentera également de sensibiliser les importateurs à réceptionner la marchandise dans d’autres ports, celui de Jorf Lasfar notamment. La même démarche sera également tentée pour le trafic du divers conventionnel, notamment les produits encombrants comme le bois ou les produits sidérurgiques. À noter que le trafic des conteneurs transitant par le port de Casablanca enregistre actuellement une progression comprise entre 9% et 11%. Selon le même document, le port a vu le transit, à fin juillet, de 397.000 conteneurs équivalent vingt pied (EVP), ce qui représente une hausse de 15,5% par rapport à la même période de l’année dernière.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *