Des métiers d’avenir

Bien qu’on ne dispose pas de chiffres sur l’évolution de l’offre d’emplois dans le secteur de la communication, force est de constater que le besoin est vivement ressenti au niveau des entreprises, des agences de publicité, des associations et des établissements publics. Ces structures sont en quête de véritables compétences dans ce domaine. D’autant plus que l’implantation des enseignes internationales spécialisées dans le marketing et la publicité imposent aux structures locales une remise en cause aussi bien au niveau des processus de travail, du management que du recrutement. La concurrence devient de plus en plus rude. Place donc au professionnalisme. De ce fait, on ne s’improvise pas, du jour au lendemain, chef de publicité, directeur de création ou directeur de communication. Seule une formation mène à ces métiers qui se taillent de plus en plus la part du lion sur le marché de l’emploi et qui sont très rémunérateurs. Du moins, si l’on en juge par les propos de plusieurs responsables de cabinets de recrutement et ceux des agences de publicité. Face à cette forte demande, nous avons jugé utile de présenter l’ensemble des métiers de la communication. Avant d’entrer dans le vif du sujet, il y a lieu de préciser que la communication d’entreprise renvoie à des fonctions très diversifiées exercées dans plusieurs types d’organisation : entreprises (annonceurs), agences conseil en communication, bureaux d’étude, imprimeurs, médias, maisons de production. A ce titre, l’efficacité des actions de communication dépend des différents partenaires, maillons de la même chaîne de valeur : annonceurs, agences de communication, entreprises de réalisation , supports de diffusion… Chaque maillon étant composé de plusieurs domaines faisant appel à des expertises différentes. A titre d’exemple, chez l’agence conseil en communication, le chargé des études, le conseil marketing, le planner stratégique, le créatif, le média-planner…interviennent ensemble dans la prise en charge d’un budget. Chez l’annonceur, le premier responsable de la communication encadre des chargés de structures fonctionnelles ( publicité, relations publiques…), mais aussi transversales (études, commercial…). Sa principale mission reste la coordination interne mais aussi avec les autres composantes de la stratégie marketing.
Chez les autres intervenants dans la chaîne de la communication, les entreprises de réalisation, notamment la gamme des métiers de communication, est encore plus large et profonde.
D’où la nécessité de mettre en place une approche globale et intégrée dans l’élaboration des programmes de formation. Pourquoi globale ? Parce qu’il est indispensable de prendre en considération l’ensemble des facteurs et des acteurs au niveaux interne et externe. Intégrée, par ce qu’il est nécessaire de considérer l’efficacité d’une stratégie de communication comme le résultat d’un tout cohérent et non comme la somme d’actions indépendantes.
De cette approche globale et intégrée découle une problématique centrale : devons-nous former des managers de la communication ? des responsables de la publicité ou des relations publiques ? des cadres d’agences de la communication ? des consultants en communication? des chargés de communication au niveau des entreprises de réalisation et des médias ?, etc.
Seule une optique de gestion, c’est-à-dire selon les besoins, et par conséquent selon l’approche, de ceux qui sont appelés à concevoir et/ou à gérer l’ensemble ou une partie des actions de communication paraît efficace. A première vue, cette approche semble plus pertinente pour les managers de la communication et les consultants. Mais elle est tout aussi importante pour les chargés de la mise en oeuvre d’une partie de la stratégie de communication ( publicité, relations publiques, promotion des ventes… ) qui doivent situer leurs actions dans une démarche globale et connaître l’ensemble de leurs partenaires. C’est une approche aussi valable pour former les responsables au niveau des agences de communication, des médias, des entreprises de réalisation… qui doivent connaître les attentes et la démarche des annonceurs, pour mieux les satisfaire. Seul aussi un programme de formation généraliste permet de présenter la démarche d’ensemble. La priorité doit être accordée au traitement des problématiques réelles notamment celles rencontrées par les stagiaires, à travers les études de cas, l’analyse des créations et surtout le projet qui permettra de travailler sur une réalisation en communication intéressant le stagiaire et l’entreprise.
La pertinence des programmes de formation ne suffit pas à elle seule. Embrasser une carrière dans la communication suppose des connaissances solides, notamment en culture générale. Seule l’expérience permet de gravir rapidement les échelons dans ce domaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *