Des opportunités à saisir

Des opportunités à saisir

Rarement une manifestation économique étrangère au Maroc a été entourée d’autant de sceaux de prestige. Concordance de calendrier aidant, le Roi des Belges, Albert II, a été certainement l’invité de marque de cette journée où l’on a d’abord parlé affaires. Sans oublier la présence non moins symbolique du Premier ministre, Driss Jettou, et celle des ministres de la Communication et du Commerce extérieur.
Ce dernier qui présidait la cérémonie d’ouverture du forum a estimé que les relations économiques et commerciales entre le Maroc et la Belgique sont « loin de refléter les possibilités offertes par les deux pays ». Chiffres à l’appui, M. Mechahouri a rappelé que le volume global dees échanges commerciaux entre les Maroc et la Belgique s’élève à 400 millions d’euros, soit seulement 2 % du total des échanges commerciaux du Maroc et 3 % des échanges avec l’Union européenne. Alors que l’UE intervient pour les deux tiers du commerce extérieur marocain, cette configuration reste au deçà des attentes exprimées de part et d’autre.
Autre élément qui confirme cette thèse : la part de la Belgique dans le total des investissements directs étrangers au Maroc, qui ne représente que 1,2%, soit 25 millions d’euros. Ce forum a été surtout l’occasion pour les participants de développer des relations de partenariat dans différents domaines : le transport, la construction, l’agro-alimentaire, le textile, le tourisme et les nouvelles technologies de l’information. Lors de la séance matinale, trois chefs d’entreprises belges installées au Maroc (Société Puratos, Thomas & Piron et Takatex) ont expliqué la réussite de leurs affaires et mis en relief les avantages et les opportunités qu’offre le Maroc dans plusieurs domaines. Les représentants des deux organisations ont également pris la parole pour situer les contours des rapports économiques des deux pays. C’était l’occasion pour Hassan Chami, président de la Confédération générale des Entreprises du Maroc (CGEM), de vanter les mérites de l’investissement au Maroc. Il a rappelé à cet égard l’évolution de la modernisation du droit des affaires avec l’adoption des codes du commerce, du travail, des douanes et des assurances, de la loi sur la concurrence et la liberté des prix, ainsi que du décret de passation des marchés publics.
De son côté, Luc Vansteenkiste, président de la Fédération des entreprises de Belgique a mis l’accent sur l’utilité de ce forum qui réunit les communautés d’affaires des deux pays, indiquant qu’environ une centaine d’entreprises belges ont fait le déplacement au Maroc pour renforcer leur présence et nouer des relations de partenariat avec leurs homologues marocaines.
Cette présence massive des entreprises belges, a-t-il ajouté, exprime une volonté manifeste et un intérêt particulier des opérateurs belges pour les potentialités et les possibilités d’investissements au Maroc. À l’issue des travaux du forum, un accord de partenariat a été signé entre la CGEM et la FEB. Les deux organisations ont décidé également de créer un important fonds d’investissement dans le secteur immobilier.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *