Des plates-formes logistiques régionales pour 2016

Des plates-formes logistiques régionales pour 2016

ALM : Comment se développe la logistique au Maroc ?
 

Aziz Rabbah : La logistique au Maroc se développe à grands pas aujourd’hui. Les actions de la Société nationale des transports et de la logistique (SNTL) , qui est l’outil public en matière de développement des plates-formes logistiques et des services, démontrent cette dynamique d’ensemble. La société est actuellement sur quelques projets relatifs à la logistique urbaine. La SNTL travaille étroitement avec l’Agence de développement agricole pour assurer la logistique du secteur, notamment pour tout ce qui concerne la frigorification des fruits et légumes. Les actions sont également orientées «logistique administrative» en s’intéressant aux parcs automobile et archivage. A côté de cela, nous remarquons que beaucoup d’entreprises internationales s’installent au Maroc que cela soit dans le domaine du transport routier, ou de l’entreposage dans le domaine des services intelligents. Donc, nous voyons qu’il y a quand même une avancée importante en matière de développement logistique. Les efforts sont orchestrés. Certains domaines avancent très bien, d’autres de manière timide. Nous espérons être au rendez-vous.

Peut-on dire que la stratégie nationale dédiée au secteur est sur de bons rails ?

Nous observons aujourd’hui une dynamique en matière de mise en œuvre de la stratégie. Nous avons présenté devant Sa Majesté le Roi le nouveau programme qui permet de booster davantage cette stratégie. Nous annoncerons très bientôt la réalisation de plates-formes logistiques régionales. Nous avons déjà entamé les négociations avec les autorités et élus régionaux. De même, nous avons identifié quelques sites qui vont être lancés au plus tard début 2016.

Qu’en est-il de la formation ?

La logistique est un domaine qui croît aujourd’hui de manière conséquente. Le secteur a besoin de ressources humaines. Notre jeunesse a besoin aussi de trouver de l’emploi. La demande et l’offre aujourd’hui dans le domaine de la logistique commencent à se cadrer. Certes, nous avons plus d’ingénieurs et de masters que de profils moyens. Il faut équilibrer avec l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) et même le privé pour développer davantage la formation des cadres moyens. C’est ainsi que nous offrons à la stratégie nationale une solution globale en matière des ressources humaines.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *