Dessine-moi une ville : Une initiative de la Fondation Phosboucraâ pour penser la ville de Laâyoune autrement

Dessine-moi une ville : Une initiative de la Fondation Phosboucraâ pour penser la ville de Laâyoune autrement

Afin de permettre une concertation plus inclusive, des ateliers de collage analogiques sur papier permettront d’intégrer des catégories de participants pouvant être réfractaires à l’outil digital.

«Dessine-moi une ville» est la nouvelle initiative lancée lundi à Laâyoune par la Fondation Phosboucraâ, et qui se veut  un projet de concertation citoyenne pour penser une ville qui répond aux besoins de tous ses usagers. 

Inspiré de la fameuse phrase du Petit Prince, le projet «Dessine-moi une ville» est bien plus qu’une plate-forme de design collaboratif. C’est un appel à l’inclusion sociale de toutes les minorités. Il consiste à sonder les besoins spécifiques des enfants, des jeunes, des femmes et des personnes à mobilité réduite (PMR) qui sont peu pris en compte dans une approche de planification urbaine classique. Grâce à ce projet, ces groupes auront l’occasion d’exprimer leurs attentes par rapport à leurs espaces de vie et de participer à la construction d’idées d’aménagement liées à la mobilité, aux espaces verts et aux espaces publics…

Les participants exprimeront leurs points de vue à travers un outil ludique basé sur le collage. Au moyen d’une application mobile sur tablette, ils pourront virtuellement améliorer et transformer, selon leurs besoins et leurs envies, des espaces urbains capturés en photo, en puisant dans une bibliothèque d’images mise à leur disposition. Afin de permettre une concertation plus inclusive, des ateliers de collage analogiques sur papier permettront d’intégrer des catégories de participants pouvant être réfractaires à l’outil digital.

Le projet «Dessine-moi une ville» se déroulera en 3 phases et proposera un éventail de moyens: la 1ère phase, du 29 avril au 3 mai, portera sur des ateliers qui auront lieu dans des écoles, collèges et lycées de Laâyoune ainsi qu’au Laâyoune Learning Center, lors desquels des animateurs encadreront les 4 types d’usagers lors d’ateliers en intérieur.

Alors que lors de la 2ème phase qui connaîtra le démarrage des ateliers en extérieur, participeront à l’élargissement de l’échantillonnage des personnes consultées à travers la mise en place d’une tente de concertation au niveau d’une place publique à Laâyoune accueillant les femmes et leurs enfants dans une ambiance chaleureuse et propice à l’échange, permettant la tenue d’ateliers aussi bien numériques qu’analogiques, le déploiement de stands mobiles, ainsi que d’animateurs équipés de tablettes en itinérance à Foum El Oued et à Laâyoune,

tandis qu’à la 3ème phase et à l’issue de ces ateliers se tiendra une conférence internationale de restitution «le Campus urbain», qui représentera la dernière phase du projet.

En effet, les Campus urbains sont une initiative d’ONU-Habitat conçus comme des plates-formes permettant des échanges critiques entre chercheurs, professionnels et décideurs urbains. L’organisation du Campus urbain à Laâyoune comptera sur la présence d’une quarantaine d’invités, incluant partenaires internationaux et locaux. Il sera sous le thème «Les méthodes de concertation urbaine applicables aux pays en voie de développement».

Notons que ce projet porté par la Fondation Phosboucraâ sera réalisé avec le soutien local de ses partenaires, le ministère de la jeunesse et des sports, le ministère de l’éducation nationale et la Ligue marocaine de protection de l’enfance.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *